HOME SPORTS RETRO SPORTS Février 1994 : le dernier mot à Méga
Février 1994 : le dernier mot à Méga Imprimer Envoyer
SPORTS - RETRO SPORTS
Mardi, 05 Février 2019 14:30

Rebondissement lors des deux dernières étapes du Trophée Andros : les Méga détrônent les Opel de la première place à Super Besse et raflent la mise lors de la finale au Bourget.

 

Andros 1994 MegaSigne de leur supériorité, les Méga n’ont laissé échapper que deux épreuves sur six durant la campagne 93/94 du Trophée Andros.

 

Confirmant le pronostic lancé par François Chatriot au soir de sa victoire à La Bresse (« ce sera très tendu cette année »), ni Opel ni Méga n’ont réussi à se détacher au cours des quatre premières étapes du Trophée Andros. Si Opel s’est imposé à La Bresse et à Isola, Méga en a fait de même à Val Thorens et Lans-en-Vercors, si bien que les deux équipes sont au coude-à-coude avant les deux dernières manches.

À Super Besse, incapable de rectifier les mauvais réglages avec lesquels elle a entamé cette étape, l’équipe Opel sombre littéralement : Snobeck finit neuvième et Chatriot, contrarié par des problèmes de boîte de vitesses dans la troisième manche, treizième. Un beau cadeau offert à l’équipe Méga qui s’empare du commandement alors qu’elle n’a remporté qu’une seule manche grâce à Chauche et n’a fini qu’à la deuxième place scratch du week-end.

Les deux autres manches ont été enlevées par Jean-Pierre Malcher et Christophe Vaison dont les très légères Citroën AX de l’équipe Flymo se sont montrées les plus à l’aise sur la piste auvergnate ; à moins qu’elles aient supporté mieux que les autres la pluie du premier jour et le vent glacial du second, allez savoir.


Méga confirme au Bourget

L’équipe Méga savoure d’autant plus ce résultat qu’elle a dû travailler d’arrache-pied pour remettre ses voitures en état après les 24 Heures de Chamonix qui ont eu lieu une semaine plus tôt. «  C’est bon pour nous d’arriver au Bourget en leaders » lâche l’ingénieur des Méga, Philippe Colançon. Mais Dany Snobeck de son côté ne panique pas : « nous allons courir sur de l’asphalte au Bourget et nous connaissons les réglages pour ce genre de piste ».

Snobeck se trompe car Opel connaît une seconde déconvenue : une nouvelle fois, ses voitures ne parviennent pas à se hisser au niveau de leurs rivales. Même l’AX de Jean-Pierre Malcher fait mieux face à un Chauche dominateur et tout particulièrement lors de la troisième manche qu’il remporte. Méga du coup enlève le Trophée sans avoir été inquiétée.

 

Andros-La-Bresse-1994-Deybach-bisGuy Deybach a beau maîtriser toutes les subtilités de la conduite hivernale, son Audi V8 était trop lourde pour être compétitive.

 

Loin, très loin d’un décor montagnard…

La pauvre piste du Bourget ruinée par la température trop douce, le décor triste et les tribunes peu garnies font réagir le Vosgien Guy Deybach, membre de l’association organisatrice de l’épreuve de La Bresse : « Mamers s’est montré très dur envers notre piste, j’espère qu’il sera aussi dur envers la sienne car c’est bien son équipe qui a fabriqué celle du Bourget » ironise le Bressaud qui termine par ailleurs trentième du classement général, résultat modeste dû selon lui à un mauvais choix de voiture, en l’occurrence une Audi Quattro V8. D’où son intention de revenir la saison suivante avec une voiture plus légère et plus compacte.

Plus aguerri que le Vosgien grâce à plusieurs saisons de glace, Christian Debias (Opel Corsa) finit 23e au général, soit juste une place devant Jan-Hug Hazard (Peugeot 205 T16).


Classement scratch Super Besse : 1. Malcher (Citroën AX) 55 pts; 2. Chauche (Méga) 52 pts; 3. Gache (Méga) 50 pts ; 4. Balas (BMW 318) 48 pts ; 5. Bugalski (BMW 318) 46 pts ; 6. Vaison (Citroën AX) ; 7. Tarrès (BMW 318) 44 pts ; 8. Duez (BMW 318) 43 pts ; 9 Snobeck (Opel Astra) 42 pts ;  etc.

Classement scratch Le Bourget : 1. Chauche (Méga) 55 pts; 2. Bennehard (Méga) 52 pts; 3. Malcher (Citroën AX) 50 pts ; 4. Chatriot (Opel)  48 pts ; 5. Bugalski (BMW 318) 46 pts ; 6. Vaison (Citroën AX) 45 pts ; 7. Chomat (Méga) 44 pts ; 8. Gache (Méga) 43 pts ; 9. Bourion (VW Golf) 42 pts ; 10.  Duez (BMW 318) 41 pts ; etc.

Classement général final : 1. Chauche (Méga) 321 pts ; 2. Chatriot (Opel) 313 pts ; 3. Chomat (Méga) 302 pts ; 4. Gache (Méga) 294 pts ; 5. Bugalski (BMW) 292 pts ; 6. Vaison (Citroën) 290 pts ; 7.  Tarrès (BMW) 289 pts ; 8. Balas (BMW) 287 pts ; 9. Malcher (Citroën) 287 pts ; 10. Snobeck (Opel) 276 pts …23. Debias (Opel Corsa) 165 pts ; 24. Hazard (Peugeot 205 T16) 162 pts ; 30. Deybach (Audi 80 Quattro) 113 pts ; etc.

 

Les Bressauds en quête d’un nouveau circuit

L’avertissement de Max Mamers de ne pas revenir dans les Vosges si la piste n’est pas goudronnée n’a pas été pris à la légère par les organisateurs bressauds qui ont admis qu’un rachat du terrain à son propriétaire est incontournable pour réaliser les travaux.

Un rachat certes mais par qui ?

Par l’association sport auto glisse animation (SAGA) organisatrice de l’épreuve ?  Par la Ville de La Bresse ?

Quel que soit l’acquéreur, l’opération est très risquée dans la mesure où le contrat avec le Trophée Andros ne porte plus que sur deux années et que son renouvellement n’est en rien assuré. Un rachat par la Ville signifierait par ailleurs une augmentation des impôts locaux. Si les habitants de La Bresse se félicitent des retombées de l’épreuve, rien ne dit qu’ils seront aussi enthousiastes à l’idée de mettre la main à la poche…

Aucun de ces scénarios n’étant retenu, les organisateurs bressauds prennent donc la décision de partir à la recherche d’un autre site. Le circuit de Bramont a vécu.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

AddThis Social Bookmark Button
Bannière
Bannière