HOME SPORTS RETRO SPORTS Décembre 1991 : Marcel Patrois sur le podium de la Coupe Renault Sport
Décembre 1991 : Marcel Patrois sur le podium de la Coupe Renault Sport Imprimer Envoyer
SPORTS - RETRO SPORTS
Mardi, 13 Décembre 2016 18:04

Marcel Patrois joue la sagesse au Rallye du Var et en récolte les fruits : la troisième place de la Coupe Renault Sport des rallyes.

 

patrois-actionRégulièrement classé parmi les trois premiers en fin de saison, Marcel Patrois a montré qu'il était l'un des hommes forts de la Coupe Renault dès sa première participation.

 

Le Rallye du Var est la dernière épreuve du Championnat de France 1991. C’est aussi la dernière épreuve de la Coupe Renault Sport dont le vainqueur, Serge Jordan, est déjà connu. Derrière lui en revanche c’est l’incertitude car Henri Depons, deuxième, et Marcel Patrois, troisième, se tiennent en quelques points et sont même sous la menace d’un troisième pilote, Nicolaï, sur lequel ils n’ont pas creusé un écart suffisant pour lui interdire le podium.

La course se charge de décanter la situation dans le peloton des « Clio boys ». Et très vite. Dès la première épreuve spéciale, Nicolaï écope d’une pénalité de dix minutes consécutivement à la rupture d’un support moteur. Dans la deuxième, Serge Jordan part en tonneau et abandonne !

 

Assurer plutôt que tout perdre

Depons et Patrois se retrouvent donc face à face lorsque le rallye s’élance pour sa première grosse journée sur les routes du Var. Des routes où le Vosgien, même s’il parvient à un moment à entretenir l’incertitude en se rapprochant à neuf secondes de son adversaire, constate assez rapidement qu’il n’aura pas le dessus. « Les spéciales comportent de grosses montées et je pense que je suis moins bien en moteur qu’Henri » révèle Marcel Patrois qui toutefois ne paraît en nourrir aucune amertume.

Au départ de la deuxième étape, il annonce d’ailleurs à Henri Depons qu’il ne l’attaquera pas, lui expliquant qu’il « ne souhaite pas tout mettre par terre ». Excès de prudence ? « Non, répond Patrois, j’ai de l’estime pour Henri Depons et je suis content qu’il finisse deuxième de la Coupe. Quant à moi, je suis satisfait de finir troisième, donc, inutile de  déclencher une bagarre dont on ne sait pas comment elle va se terminer. On pourrait aussi bien tout perdre tous les deux. »

 

Patrois-Hingray-256-1991Marcel Patrois et sa navigatrice Martine Hingray.Première saison concluante

Tous couteaux rangés dans leurs étuis, les deux hommes finissent donc le Rallye du Var consciencieusement, en évitant toute faute qui les empêcherait de rejoindre l’arrivée et de glaner le bénéfice le plus important de leur résultat : pour Depons, la deuxième place finale de la Coupe Renault sport des rallyes 1991 et pour Patrois la troisième.

« Plutôt pas mal pour une première année » commente le rallyman vosgien, déjà déterminé à revenir l’année suivante dans cette même compétition mais, ajoute-t-il, avec plus d’ambition : « cette année j’ai joué la prudence, en privilégiant par exemple la fiabilité au détriment de la puissance. Cette attitude m’a sans doute coûté des secondes en spéciales mais après tout, sur la saison, je m’y retrouve. »


La saison de Marcel Patrois. Rallye des Trois Châteaux : 3e ; Dieppe : 4e ; Vins Macon : 6e ; Rouergue : abandon ; Forez : forfait ; Brimbelles : abandon ; Dordogne : 3e ; Loire-Atlantique : 3e ; Charlemagne : 3e ; Var : 2e.

 

En décembre toujours

Le Trophée Andros rate son envol. Avant ses grands débuts à La Bresse en janvier, le Trophée Andros version 1991-1992 démarre à Val Thorens. Il démarre ou presque car la plus grande partie du programme est annulée en raison d’une tempête de neige. Dans le même temps, la montagne vosgienne, où le redoux s’est installé, est copieusement arrosée par des averses de pluie qui entraînent avec elles le peu de glace du circuit. Bref, des Alpes aux Vosges, personne n’est content de la météo.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

AddThis Social Bookmark Button
Bannière
Bannière