HOME SPORTS RETRO SPORTS Octobre 1991 : Eric Mauffrey enrage contre le Championnat de France
Octobre 1991 : Eric Mauffrey enrage contre le Championnat de France Imprimer Envoyer
SPORTS - RETRO SPORTS
Vendredi, 07 Octobre 2016 13:33

Eric Mauffrey occupait la troisième place du Rallye du Limousin lorsque sa voiture l’a lâché. Maudit Championnat de France…

 

Eric Mauffrey avait intelligemment géré son quota de pneus pour terminer le Rallye du Limousin en trombe. Il venait de se hisser à la troisième place devant Jean Ragnotti en difficulté avec le différentiel de sa Clio lorsqu’un caillou projeté sous sa voiture perforait un raccord d’huile et provoquait en l’espace de cinq ou six cents mètres le serrage du moteur de sa Ford Sierra Cosworth. C’était dans la dix-septième spéciale et le Rallye du Limousin en comptait dix-neuf…

A croire que le pilote vosgien était maudit lors de ses apparitions en Championnat de France. Son bilan : une 10e place lors du Rallye Alsace-Vosges qui l’avait vu se battre en début de course avec un moteur manquant de puissance, partir une fois en tête-à-queue et essuyer une crevaison ; puis un abandon dès la première spéciale au Rallye du Mont-Blanc, turbo cassé.

Mauffrey-portrait-1992Eric Mauffrey : stoppé à deux spéciales de l'arrivée.Devant ce maigre butin, la déception d’Eric Mauffrey n’était pas feinte, lui qui, faute de budget suffisant, n’avait eu d’autre choix que de sélectionner quelques rares courses dans le calendrier pour se faire remarquer au niveau national, ce que ne pouvaient évidemment garantir les deux victoires remportées la même année dans des épreuves moins cotées comme le Rallye de Lorraine ou le Rallye des Brimbelles. Son challenge : marquer les esprits à chacune des apparitions en Championnat de France, montrer ce dont il était capable.

« Dans un mois, qui va se souvenir que j’ai été devant une Clio d’usine à la régulière ? » s’interrogeait le pilote vosgien, sans pour autant baisser les bras. Au lendemain du Rallye du Limousin, espérant secrètement qu’une équipe officielle avait remarqué sa bagarre avec Ragnotti, il annonçait en effet qu’il allait « prendre des contacts ».

En octobre toujours

Grégoire huitième à Croix-en-Ternois. Encore deux courses et Stéphan Grégoire en aura terminé avec le Championnat de France de Formule 3 édition 1991. L’épreuve disputée sur le vieux circuit de Croix-en-Ternois ne lui offre que la huitième place mais le pilote vittelois, qui explique qu’il a « fait pour le mieux compte-tenu des moyens » ne paraît pas trop mécontent du fait qu’il a marqué quatre points au championnat. Olivier Panis lui non plus n’est pas mécontent : il remporte cette course devant Yvan Muller et s’installe à la deuxième place du championnat derrière Christophe Bouchu déjà assuré du titre.

Max Mamers s'extasie. Le circuit qui accueillera le Trophée Andros en janvier à La Bresse est maintenant connu et enflamme Max Mamers lors de sa première visite. Cerise sur le gâteau, le patron du Trophée paraît tout aussi séduit par la motivation de l'équipe locale d'organisation. Le plateau annoncé fait d'ores et déjà saliver les amateurs de sport auto toutes diciplines confondues puisque sont annoncés Gache, Ferté et Malcher (BMW Serie 3), Dalmas, Jabouille et Alliot (Peugeot 205 T16), Lapeyre (Audi), Pailler et Chomat (Citroën), Darniche, Snobeck et Laffite (Mercedes), Tarrès (BMW), Debias (Opel Corsa), Beltoise, Saby, Balas...entre autres. Et la participation du grand Ari Vatanen est également évoquée.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

AddThis Social Bookmark Button
Bannière
Bannière