HOME SPORTS RETRO SPORTS Avril 1991 : Alibert copie Grandjean à la Ronde Luronne
Avril 1991 : Alibert copie Grandjean à la Ronde Luronne Imprimer Envoyer
SPORTS - RETRO SPORTS
Samedi, 09 Avril 2016 15:19

Contraint à l’abandon dans la dernière spéciale alors qu’il a course gagnée, Alibert répète le scénario vécu par Grandjean deux ans plus tôt. La Ronde Luronne ne fait pas de cadeau à ses leaders.

Grandjean-Plaine-1990Cette fois, François Grandjean a été épargné par la malédiction de la Ronde Luronne.

 

Bégaiement de l’histoire ? En 1989 à la Ronde Luronne, François Grandjean est en tête mais le moteur de sa Porsche le lâche juste avant l’arrivée à Luxeuil. Deux ans plus tard, Jean-Claude Alibert connaît la même mésaventure dans la dernière spéciale alors qu’il a course gagnée. A ce moment en effet, plus personne n’est en mesure de l’inquiéter. Grandjean (BMW M3), deuxième, a concédé trop de retard. Marc Vilte (R5 GT turbo), troisième,  est à plus de trois minutes. Jan-Hug Hazard, qui roule cette année sur une Ford Sierra Cosworth groupe N, a abandonné à la suite de la rupture du cardan de la roue avant droite. Benoit Duchène et sa Clio groupe A ont subi le même sort en perdant une roue mal remontée.

Voilà donc François Grandjean nanti d’une victoire (la quatrième) sur laquelle il ne comptait plus mais qui lui fait évidemment plaisir puisqu’obtenue dans une épreuve qui lui tient particulièrement à cœur ; à la Luronne, Grandjean est en effet dans son jardin, devant son public.

En groupe N, Marc Vilte a fait des étincelles avec sa R5 GT turbo, hors de portée de celle de Chanet. Comme Hazard lui a laissé le champ libre en abandonnant, le Nancéien remporte donc le groupe et signe par la même occasion une  deuxième place scratch d’autant plus brillante qu’elle a été obtenue aux dépens de la 205 GTI de Dubois, ex grosse pointure du sport auto régional.  Une coïncidence a d’ailleurs voulu que Francis Roussely reprenne aussi le volant ce jour-là, avec une Porsche 911, et son retour a été plutôt brillant puisqu’il a fini cinquième scratch.

Classement scratch

1.    Grandjean – Mauffrey, BMW M3 , 1 h 29’ 52 '', 1er groupe A
2.    Vilte – Hocquart, R5 GT turbo,  à 3’ 04’’, 1er groupe N
3.    Dubois – Schleppi, 205 GTI, à 3’ 25’’
4.    Jacquot – Nouvich, Alfa 75, à 3’ 57’’
5.    Roussely – Roussely, Porsche 911, à 4’ 24’’
6.    Villemin – Valentin, Golf GTI, à 5’ 35’’
7.    Chanet – Grosdemouge, R5 GT turbo, à 5’ 48’’
8.    Euvrard – Valentin, R5 GT turbo, à 7’ 10’’
9.    Triboulet – Bachelard, Golf GTI, à 7’ 17’’
10.  Leuvrey – Leuvrey, 205 GTI, à 7’ 38’’


Rallye du Florival : Ligibel gagne sur le tapis vert

En Lorraine-Alsace, la saison des rallyes régionaux avait repris au Rallye du Florival trois semaines plus tôt. Un coup d’envoi sans Jean Briche qui avait annoncé son retrait de la compétition mais avec Thierry Ligibel et Claude Guthleben dont l’affrontement promettait d’être animé. On ne pensait pas si bien dire car les deux pilotes restaient au coude à coude durant toute la course.

Premier coup de théâtre, Ligibel, en tête depuis le départ, cédait la première place au tout dernier moment à un Guthleben survolté.

Deuxième coup de théâtre, Guthleben était accusé de ne pas avoir point lors du dernier CH et donc déclassé. Le pilote alsacien protestait, affirmant que la faute incombait en fait au commissaire qui n’avait pas tamponné son carnet. Rien n’y faisait et Claude Guthleben, privé d’une victoire qui selon lui aurait dû lui revenir, promettait de ne plus jamais courir en Alsace.

Bernard Dubois et sa 205 GTI maxi groupe A s’emparaient de la deuxième place mais la lutte avait été longtemps chaude avec la R11 turbo de Jacques Gavoille. Jusqu’à ce que ce dernier abandonne, joint de culasse cassé.

En groupe N, Dominique Fade le Vosgien soufflait la victoire aux Alsaciens Wehrlé, Mosser et Weiss sur leurs terres.

Classement scratch

1.    Ligibel – Kjen, Golf GTI, 11’ 14’’ 88 , 1er groupe F
2.    Dubois – Schleppi, 205 GTI, 11’ 22’’ 41, 1er groupe A
3.    Fade – Bretard, R5 GT turbo, 11’ 26’’ 92, 1er groupe N
4.    Wehrlé – Roetsch, R5GT turbo, 11’ 28’’ 31,
5.    Mosser – Kuntz, R5 GT turbo, 11’ 32’’ 19
6.    Weiss – Weidner, R5 GT turbo, 11’ 34’’ 10
7.    Willig – Lefouilli, Golf GTI, 11’ 35’’ 88
8.    Kircher – Ciret, 104 Proto, 11’ 38’’ 81
9.    Sarazin – Jacquey, Escort RS, 11’ 41’’ 56
10.  Alfieri – Becker, R5 GT turbo, 11’ 44’’ 02

 

500 Nocturnes : Ligibel cette fois à la régulière

Claude Gutleben a tenu parole, il n’était pas au départ du Rallye des 500 Nocturnes amputé de la moitié de son parcours initial du fait de la présence de nombreux touristes. Thierry Ligibel ne laissait pas planer le suspense, il remportait les trois boucles disputées sur les hauteurs de Guebwiller.

En groupe N cette fois, les R5 turbo d’Alsace faisaient la loi puisque Wehrlé enlevait la première place et Weiss la deuxième. Le podium était complété par Alain Haro, navigué pour la circonstance par Christine Briche.

Classement scratch

1.    Ligibel – Kjen, Golf GTI, 12’ 50’’ 43 , 1er groupe F
2.    Ehlinger – Burger, 205 GTI, 12’ 58’’ 13, 1er groupe A
3.    Wehrlé – Roetsch, R5 GT turbo, 13’ 03’’ 93, 1er groupe N
4.    Weiss – Weidner, R5 GT turbo, 13’ 05’’ 04
5.    « Heresse » – Briche, R5 GT turbo, 13’ 11’’ 83
6.    Fade – Bretard, R5 GT turbo, 13’ 11’’ 93
7.    Fritsch – Fritsch, 205 GTI, 13’ 18’’ 58
8.    Vilte –Hocquart, R5 Gt turbo, 13’ 25’’ 78
9.    Domon – Brocco, R5 GT turbo, 13’ 30’’ 32
10.  Alfieri – Becker, R5 GT turbo, 13’ 37’’ 55

 

En avril 1991 toujours

Grégoire galère en Formule 3. Après avoir été couronné dans le championnat « B », Stéphan Grégoire s’attaque au « grand » championnat de F3 avec une Reynard-Alfa de la très ambitieuse équipe Formula Project. Outre celle de Grégoire, celle-ci a en effet engagé trois autres voitures pour Eric Chéli, Olivier Beretta et Eric Angelvy et n’a d’autre objectif que le titre.
Le coup d’envoi de la saison à Nogaro laisse un goût plutôt amer à Grégoire, d’abord crédité d’un très mauvais chrono aux essais (16e) puis éliminé par un carambolage dès le départ de la course. Deux semaines plus tard à Lédenon, ses essais ne sont guère plus probants (14e) et il est sorti de la piste par Cayrolle à un demi-tour de l’arrivée. Et ça ne s’arrange pas à Magny-Cours : 18e temps des essais, 22e place en course après avoir été de nouveau poussé dans le bas-côté. Premier constat effectué par Grégoire : s’élancer au milieu du peloton revient à jouer à la loterie. Mais tant que les essais ne seront pas meilleurs… Chez Formula Project on fait grise mine : aucune victoire à se mettre sous la dent depuis le début de la saison. Christophe Bouchut s’est imposé à Nogaro et Lédenon et Olivier Panis à Magny-Cours.

Grobot reprend les bonnes habitudes. A Bourbach, Daniel Boccard s’impose d’un souffle devant Christian Debias et Jacques Arnaud. Quant à Bernard-Etienne Grobot, il entame une nouvelle campagne de victoires en groupe N au volant de sa Ford Sierra Cosworth. Histoire d’enfoncer le clou, il bat même son record personnel de la montée.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

AddThis Social Bookmark Button
Bannière
Bannière