HOME SPORTS RETRO SPORTS Avril 1989 : Kruger se promène au Rallye de Metz
Avril 1989 : Kruger se promène au Rallye de Metz Imprimer Envoyer
SPORTS - RETRO SPORTS
Vendredi, 28 Mars 2014 16:56

Le Nancéien n’avait pas d’adversaire, il a donc signé une victoire tranquille. Celle de Dominique Ruer à la Ronde du Florival le fut beaucoup moins.

Kruger-Lorraine-1989Au Rallye de Metz, Philippe Kruger s’attendait à une confrontation avec Jan-Hug Hazard. Match reporté.

Le Rallye de Metz promettait une belle confrontation entre les deux BMW M3 de Jan-Hug Hazard et Philippe Kruger mais elle n’a pas eu lieu. Pas de Hazard au départ, seulement Kruger que ce duel pourtant intéressait au plus haut point après sa rentrée plutôt réussie (3e) au Rallye Lyon-Charbonnière dans le cadre du Championnat de France 2e division. Kruger avait vu dans ce duel une belle occasion de s’étalonner, il se retrouvait seul.


A l’arrivée, il avait réussi à prendre plus d’une minute d’avance sur Jean Briche et sa R5 Turbo. L’écart disait assez bien la supériorité du Nancéien qui regrettait presque de s’être baladé. « Evidemment, ça ne se serait pas passé comme ça avec Jan-Hug Hazard » reconnaissait Kruger, tout en admettant qu’il redoutait tout de même le moment où il aurait à affronter cet adversaire selon lui « très volontaire, capable d’aller à la limite ».  Tout en niant que son accident de 1988 au Rallye Alsace-Vosges ait laissé des traces, Kruger n’était pas (n’était plus ?) dans cet état d’esprit : « il y a des risques que je ne veux pas prendre car ils n’en valent pas la peine » avouait-il.


Troisième scratch, Pierre Bos remportait le groupe N avec une Ford Sierra groupe N. Après une première journée contrariée par des problèmes de turbo, il était vite revenu sur le leader, Jean-François Grobot, lui aussi sur Ford Sierra, qu’il avait fini par dépasser puis distancer, tout en roulant disait-il « à sa main ».


Classement scratch


1.    Kruger-Tassel, BMW M3, 57’59’’, 1er groupe A
2.    Briche-Briche, R5 Turbo, 59’05’’
3.    Bos-Jung, Ford Sierra Cosworth, 60’02’’, 1er groupe N
4.    Grobot-Pebay, Ford Sierra Cosworth, 60’48’’
5.    Alfieri-Gérard, R5 GT Turbo, 63’28’’
6.    Jacques-Rcepecki, Peugeot 205 GTI, 63’34’’
7.    Huot-Olivier, Peugeot 205 GTI, 64’06’’
8.    Jacquot-Nouvion, Alfa 75, 64’07’’
9.    Laigle-Rouyer, Peugeot 205 GTI, 64’12’’
10.   Billat-Robin, R5 GT Turbo, 64’36’’


Dominique Ruer enfin récompensé

Abonné depuis quelques années à la deuxième place de la Ronde du Florival, Dominique Ruer, paraissait devoir s’en contenter une fois de plus. A l’attaque du quatrième et dernier tour de l’édition 1989, le rallyman vosgien pointait en effet en deuxième position derrière Olivier Courtois qui ce jour-là, s’était offert le volant d’une R5 Turbo Tour de Corse.


Mais, coup de théâtre, la voiture de Courtois tombait en panne. Dominique Ruer n’en croyait pas ses yeux, lui qui depuis 1985, année de sa dernière victoire scratch à la Ronde Haut-Saônoise devant Jacques Henry, ne collectionnait plus que les places d’honneur. « La chance fait partie de la course » commentait Jean Hatton, le navigateur du pilote et philosophe à ses heures.


Deuxième scratch, Bernard Muller remportait le groupe A avec une R11 Turbo dont le baquet de droite était occupé par Pascal Mackerer. En groupe N, victoire de Jean-Marie Mosser sur R5 GT Turbo.


 Classement scratch


1.    Ruer-Hatton, Rallye 3, 11’07’, 1er groupe F
2.    Muller-Mackerer, R11 Turbo, 11’19’’, 1er groupe A
3.    Ehrhardt-Burger, Peugeot 205 GTI, 11’26’’
4.    Ehlinger-Hassenfratz, R5 Turbo, 11’35’’
5.    Mermod-Bouquet, Peugeot 205 GTI, 11’40’’
6.    Hot-« Philibert », Opel Kadett GSI, 11’44’’
7.    Bollinger-Esslinger, Lotus, 11’46’’
8.    Mosser-Probst, R5 GT Turbo, 11’ 49’’, 1er groupe N
9.    Durand-Charbier, R5 GT Turbo, 11’49’’
10.   Fessmann-Finck, VW Golf GTI, 11’ 51’’


En avril toujours

Chatriot commence bien. Le Championnat de France des Rallyes a « perdu » Didier Auriol parti en Championnat du Monde mais a récupéré Bruno Saby et sa Lancia Delta HF. Un Saby qui d’ailleurs commence mal puisqu’il abandonne lors du lancement de la saison au Rallye Alpin Behra. François Chatriot, lui, commence bien puisqu’il offre la victoire à BMW, et assez largement même puisqu’il relègue César Baroni, désormais au volant d’une Sierra groupe A, à 1’23’’. Pour Alfa, il y a encore du travail : Panciatici et Mourgues ont beau finir troisième et quatrième, ils sont à plus de trois minutes. Pas très en forme, la deuxième BMW, celle de Béguin, finit quant à elle cinquième.


On ne la fait pas deux fois à Tarrès. En 1988, Daniel Boccard avait réalisé un exploit en battant Marcel Tarrès à Bourbach et sans doute s’en souvient-il encore puisque ce fut la seule fois de la saison où il parvint à s’imposer devant la terreur du Championnat de France de la Montagne. L’événement allait-il se reproduire en 1989 ? Eh bien non. Cette année-là, les choses si l’on peut dire rentraient dans l’ordre avec une nouvelle victoire de Tarrès, la huitième à Bourbach, excusez du peu. Pendant que Tarrès savourait sa revanche, Bernard-Etienne Grobot, désormais en groupe A, et Jacky Deybach, en groupe N, râlaient contre les turbos de leurs Ford Sierra Cosworth. Grobot subissait la loi des BMW de Dosières et Bourgeon, et Deybach celle de Vuillermoz (Sierra) qu’il avait pourtant battu au Col Saint-Pierre.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

AddThis Social Bookmark Button
Bannière
Bannière