HOME SPORTS RENCONTRES Pierre-Emile Duchène : "les conditions de course difficiles ne me dérangent pas"
Pierre-Emile Duchène : "les conditions de course difficiles ne me dérangent pas" Imprimer Envoyer
SPORTS - RENCONTRES
Vendredi, 16 Novembre 2012 14:43

Pierre-Emile Duchène est l'homme des fins de saisons. Le climat automnal et les conditions de course parfois difficiles sont propices à ses performances, comme lors de ses deux dernières épreuves disputées.

brunoAlice Genet et Pierre-Emile Duchène, un équipage gagnant.

Six victoires en groupe N, dont trois en rallye national, sept victoires de classe et, cerise sur le gâteau, une deuxième place scratch au Rallye de la Vallée de l’Ognon, Pierre-Emile Duchène a plutôt bien réussi sa saison. «"On apprend" dit-il. Bon élève, le fils de Benoît qui, à l’instar de son père, n’est jamais aussi à l’aise que quand la course est rendue rugueuse par la météo et la nuit. Son secret : un potentiel de concentration, des notes bien rédigées et bien lues par Alice Genet, sa navigatrice au quotidien, qui "compte beaucoup dans la réussite de l'équipage".

 

La victoire est passée près au Rallye de la Vallée de l'Ognon. Elle était à ta portée ?

Oui et je m'en veux. Dans l'avant-dernière spéciale, à 500 m de l'arrivée, je suis sorti et j'ai perdu une quinzaine de secondes. La précédente, je l'avais finie sur trois cylindres pour être passé dans une grosse mare d'eau...

 

Des regrets, donc ?

En fait la victoire, aussi bien que l'abandon, sont passés près. Car en regardant sous l'auto cette semaine, je me suis aperçu que j'avais cassé une patte du radiateur. J'aurais pu le perdre et tout était fichu.

 Duchene La plaine 2012 JRAu Rallye de la Plaine, Pierre-Emile Duchène s'est imposé en groupe N. - Photo Jérémy Robert.

Malgré tout, tu es satisfait de ta saison ?

Elle se termine bien avec mes victoires de groupe à Bourbonne-les-Bains et au Rallye de la Vallée de l'Ognon. Elle avait commencé plutôt doucement. Ensuite il y a eu une bonne période avec mes victoires du Rallye de la Luronne puis celle de la Plaine. Ma grosse déception a été mon abandon au Rallye Vosgien. J'étais en tête du groupe devant des gens comme Willy Alcaraz. Un goujon de roue a cédé en pleine spéciale et j'ai perdu une roue. La victoire était largement à ma portée et j'aurais pu faire le grand chelem sur les quatre rallyes nationaux du jumelage des ASA. J'ai plus de regrets pour cet abandon que pour celui de la Finale de la Coupe de France des rallyes où je n'étais pas dans le coup.

 

Les fins de saisons te réussissent bien. Tu aimes les rallyes d'automne ?

Je n'ai pas de préférence. A l'automne, avec cette auto je bénéficie de la météo. Les conditions de courses difficiles ne me dérangent pas. Je crois que ce sont les autres qui sont gênés par la pluie et la nuit. Moi, j'essaie d'avoir de bonnes notes et de garder ma concentration en étant conscient que c'est un avantage.

 

Envisages-tu de changer de monture ?

Ce n'est pas un objectif. Si on peut vendre la Clio Ragnotti, on la vendra, mais pas à n'importe quel prix. Et pour racheter quoi ? Une Clio R3 ? C'est risqué. Je me vois mal la casser et ne pas pouvoir rouler pendant un an parce que je n'ai pas de budget pour la remonter. Je ne veux pas courir avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête.

Professionnellement, je ne pourrais pas trouver le temps de disputer une coupe de marque. Et puis, notre auto on la connaît bien et financièrement on y arrive.

Duchène Ruppéenne2010"Quand j'ai monté ma première Clio, j'étais allé voir Jean Ragnotti". 

Jean Ragnotti t'a remis ton prix à Bourbonne-les-Bains. Tu roules sur une Clio Ragnotti. Qu'as-tu ressenti à ce moment-là ?

Ça m'a fait très plaisir. Jeannot est certainement le plus populaire des pilotes de rallye grâce, notamment, à sa gentillesse. J'étais allé le voir quand on avait monté la première Clio. Lui-même est venu m'encourager à plusieurs reprises au départ des spéciales à Bourbonne. Il se souvenait de mon père avec qui il a couru.

 

Tu as déjà des projets pour la saison prochaine ?

J'aimerais aller un peu plus loin. Rouler moins, mais rouler plus beau. Je ferai les rallyes régionaux de nos ASA respectives à Alice et à moi, c'est à dire l'ASA Roye Auto Sport et l'ASA Luronne. Et bien sûr le Rallye Ajolais, qui se déroule "à la maison". Sinon, je pense aller plus vers les épreuves nationales, voire les rallyes de championnat de France.

 

Propos recueillis

par Bruno Navarre

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

AddThis Social Bookmark Button
Bannière
Bannière