Olivier Courtois : "mon plus beau Rallye de France" Imprimer
SPORTS - RENCONTRES
Mardi, 09 Octobre 2012 13:54

altOlivier Courtois a terminé le Rallye de France-Alsace à la 21e place, deuxième du groupe R et des deux roues motrices. Il est surtout le premier des régionaux qui ne soit pas champion du Monde !

 

Plaisantin comme on le connaît, Olivier Courtois n'hésite pas à dire qu'il est le meilleur pilote alsacien après Sébastien Loeb et Yvan Muller. Le pire est qu'il l'a prouvé au Rallye de France-Alsace en terminant avec sa Clio R3 à la 21e place de l'épreuve, premier des pilotes régionaux derrière les deux autres. Un Olivier Courtois en pleine forme qui a su déjouer les pièges et avoue volontiers avoir vécu une belle aventure.

 

L'an passé, tu avais abandonné le Rallye de France à cause d'une pièce "à deux euros" qui avait cédé. Les choses se sont nettement mieux passées cette année ?

Je suis très satisfait de mon résultat. Surtout quand on voit le nombre de DS3 R3 qui étaient au départ et pas avec n'importe qui pour les piloter. Sincèrement, j'aurais rêvé de finir à cette place. J'étais conscient qu'il y aurait des faits de course. De mon côté je suis parti dans un bon rythme, j'ai adopté un bon tempo et j'ai su déjouer les pièges. C'est incontestablement mon plus beau Rallye de France et je pense que personne ne m'attendait à cette place.

 

Pourtant tout n'est pas simple dans une telle épreuve ?

Dans la première spéciale de samedi, j'ai heurté une biche, sans conséquence. J'ai aussi eu une vitre cassée, probablement à cause d'un projectile, ce qui m'a handicapé pendant deux spéciales. Sinon, tout s'est bien passé.

 

altA part peut-être une journée du dimanche un peu difficile ?

C'est vrai que j'ai eu plus de pression. J'ai voulu rouler en assurant. J'étais crispé. Je me suis retrouvé planté dans la spéciale de Bischwiller et après j'ai fait plein de bêtises. Je roulais avec la peur au ventre. Ce n'est pas dans mon tempérament. Je préfère être chassé ou chasseur, mais pas gérer un résultat.

 

Après ton accident du Rallye du Var, tu as mis du temps à récupérer physiquement. Le Rallye de France est une grosse épreuve. Comment ça s'est passé ?

Je n'ai eu aucun souci. Je me sens plus en forme qu'avant ma sortie de route. Je récolte les fruits de ma rééducation. Je fais beaucoup de vélo.

 

altAvec Yvan Muller ?

Non. Il y a longtemps qu'on n'a pas roulé ensemble. Et puis il est trop fort pour moi. C'est un dingue du vélo.

 

Quelles ont été tes relations avec lui et Sébastien Loeb sur cette épreuve ?

On s'est retrouvé lors d'un regroupement. J'étais au premier rallye de Sébastien Loeb au Florival en 1997. Il est venu me saluer même s'il a dû regarder mon nom sur la voiture pour me reconnaître. Mais je trouve ça normal, étant donné le nombre de personnes qu'il doit cotoyer. Il reste néanmoins très cool.

 

La suite de ta saison ?

Je ne sais pas encore précisément. J'envisage de disputer le Rallye du Var en fin de saison. Sinon, je suis concessionnaire auto et la conjoncture n'est pas formidable. Alors je privilégie mon métier. Pour l'instant, le sport auto passe au second plan.

 

Est-il vrai que ta Mégane est vendue ?

Oui. C'est un Gapençais, Christophe Arnaud qui l'a rachetée. Il doit participer à la Finale de la Coupe de France des Rallyes chez lui avec.


Propos recueillis

par Bruno Navarre.