HOME SOCIETE INFRASTRUCTURES Circuits : prévention et haute vitesse y font bon ménage
Circuits : prévention et haute vitesse y font bon ménage Imprimer Envoyer
SOCIETE - INFRASTRUCTURES
Lundi, 07 Septembre 2009 14:57

Anneau du RhinL’Anneau du Rhin, Geoparc, Chenevières, Chambley : 4 circuits permettent désormais de satisfaire toutes les demandes de formation, prévention, compétition ou loisirs automobiles en Alsace et en Lorraine. Pour autant, chacun de ces circuits possède sa propre histoire et sa propre identité. Tour d’horizon.

Sauf à prendre des risques inutiles, la meilleure manière de rouler très vite en voiture est de le faire en circuit. Cette option d’ailleurs se révèle très avantageuse au regard des points du permis de conduire. « Et en plus ça calme bien »  ajoute le directeur d’un circuit, selon lequel « les automobilistes qui viennent chez nous repartent détendus et sont prudents sur la route. »
Les circuits pour lutter contre l’insécurité routière ? Et pourquoi pas ? Les responsables des circuits en tout cas le revendiquent et ouvrent donc les portes de leurs installations aux particuliers pour des séances de « roulage libre». Certains conducteurs se défoulent, d’autres testent les limites de leurs voitures, le tout sous surveillance.
Dans ce contexte, que l’Alsace et la Lorraine disposent aujourd’hui de 4 circuits est une bonne nouvelle. A l’Anneau du Rhin, créé il y a déjà 13 ans, sont venus en effet s’ajouter Chenevières, Geoparc et Chambley créés quasi simultanément en Lorraine.
Reste que si les propriétaires de ces circuits déclinent tous aujourd’hui des offres de formation à la conduite, de prévention des accidents ou de stages de pilotage, tous n’étaient pas animés par les mêmes motivations au départ. Et le restent. A chaque circuit son histoire et son identité.

« L’Anneau du Rhin est une affaire rentable »

Premier exemple, antériorité oblige, avec L’Anneau du Rhin, créé en 1996 à Biltzheim (entre Colmar et Mulhouse)  par l’industriel Marc Rinaldi. Sa démarche à l’époque est celle d’un créateur d’entreprise : il pense rentabilité et clients. Il y met le prix en apportant un soin particulier à l’architecture des bâtiments et au décor.
« Le pari était juste, l’Anneau du Rhin est une affaire rentable » explique son fils François, qui, depuis son arrivée au poste de pdg depuis 2000, a mis plusieurs réalisations à son actif, notamment l’ajout, en 2004, d’un kilomètre supplémentaire à la piste, désormais longue de 4 km et dotée de plusieurs variantes selon que celle-ci est utilisée pour les compétitions, les entraînements ou les formations à la sécurité routière. Grâce à cette extension du site qui, selon François Rinaldi, lui a apporté « plus de polyvalence », l’Anneau du Rhin a aussi gagné un paddock de taille très confortable puisque susceptible d’accueillir de 150 à 200 semi-remorques.
La dernière innovation en date est une pit-lane démontable (avec chapiteaux, grillages et blocs de béton amovibles) dont l’homologation a eu lieu en juillet 2009. La piste quant à elle a été homologuée pour la compétition en 2005. « Une piste résolument orientée sur la haute vitesse » précise François Rinaldi qui fait état  de deux secteurs où l’on peut atteindre les 220-230 km/h. Pour le pdg de l’Anneau du Rhin, c’est l’un des attraits de ce circuit auprès de ses clients privés, individuels ou membres de clubs dont certains « viennent de loin » : d’Italie et de Grande-Bretagne par exemple.
Image de marque oblige, le circuit propose ses stages sur des Ferrari et des Porsche. Quant aux plus sportifs, ils ont le choix entre des monoplaces Formule Renault et des Formule Ford.
Fierté de l’Anneau du Rhin, le circuit organise chaque année depuis 2003 une manifestation de grande ampleur, le Festival de l’auto, qui réunit 10 000 spectateurs.

L'Anneau du Rhin. 68127 Biltzheim. Tél. 03 89 49 99 04.
Site internet : www.anneau-du-rhin.com


Geoparc, un complexe de loisirs avec un circuit

Geoparc a été construit à deux pas du centre de Saint-Dié, dans les Vosges. Son circuit de 2500 m est une composante d’un vaste complexe de loisirs s’étendant sur 130 hectares et proposant plusieurs activités, notamment aquatiques du fait de la présence de 3 plans d’eau qui permettent la pratique du ski nautique, du canoë, du jet-ski et même de la pêche. On y trouve aussi une piste de karting, un site off road et un anneau réfrigéré qui a d’ailleurs accueilli la finale du Trophée Andros en 2005, année de l’inauguration du parc. Investissement total : 5 millions d’euros, apportés par un industriel local dont nous tairons le patronyme à sa demande. Il a confié la direction des installations et des 5 salariés à son fils Arnaud qui indique que la fréquentation est conforme aux prévisions : « nous sommes au début de la rentabilité » précise-t-il.

GeoparcComment vit le circuit ? Pour 10 % environ grâce à la location de la piste pour ces séances de « roulage libre » évoquées auparavant et voient défiler majoritairement des particuliers d’Alsace et de Lorraine et de pays limitrophes. L’activité principale, ce sont les séminaires d’entreprises (incentive ou formation) et les stages de pilotage pour particuliers que Geoparc propose avec ses propres moniteurs et ses propres voitures, ce qui selon Arnaud est « une spécificité de notre circuit. » Le garage vaut le coup d’œil : une Audi R8, une Ferrari F 430 et une Lamborghini Gallardo côtoient deux Porsche Cayman, une Porsche GT3 RS, une Megane R26, cinq Smart Roadster, sans oublier 6 Diester Cup, protos ex-Peugeot à boîte séquentielle, au pilotage exclusif…
Geoparc a des opposants, qui le plus souvent arguent du bruit généré par le circuit. « Quand ils habitent à 40 km de là, cet argument est plutôt surprenant » note Arnaud.

Geoparc. Rue Dieudonné Dubois. 88100 Saint-Dié-des-Vosges. Tél. : 03 29 57 05 70
Site internet : www.geoparc.com


Chenevières voulait d’abord former des chauffeurs routiers


Pour avoir accueilli 32 éditions du Rallycross de Lunéville-Chenevières, la transformation cette ancienne base militaire en circuit parait naturelle lorsque l’Armée l’abandonne. Jacky Clément, président du Comité régional Lorraine-Alsace de sport auto - et installé aux premières loges du dossier pour être l’organisateur du rallycross - s’y emploie afin d’offrir aux licenciés lorrains le pôle de sport mécaniques qui leur manque. L’affaire parait plutôt bien engagée : la commune de Chenevières rachète le terrain à l’Armée, et la région Lorraine vote même un soutien au projet. Lequel cependant ne verra jamais le jour sous cette forme. En 2005 en effet, la commune de Chenevières vend le site au groupe de transport et de logistique Transalliance afin que celui-ci y installe son centre de formation pour ses chauffeurs.
Exit le sport ? Pas totalement. Si la vocation première du site est d’être un outil de perfectionnement à la sécurité routière et à la conduite, une convention avec la région Lorraine, qui a soutenu des travaux de voirie portés par la commune, le contraint cependant à laisser, 7 week-ends par an, la piste de 3,8 km à la disposition des fédérations de sport auto et moto pour y organiser des compétitions. Or, la réglementation des circuits évolue avec les années. De nouvelles normes (qui concernent les bacs à sable, voies de dégagement, etc) sont imposées pour garantir la sécurité des pilotes.
Mécontentement d’Alexandre Michel, PDG du groupe Transalliance, qui explique avoir été contraint d’investir plus que prévu - au total l’enveloppe s’élève à 10 millions d’euros - pour obtenir l’agrément des fédérations auto et moto. Certifiant qu’il «  ne cherche pas à gagner de l’argent mais à équilibrer », le chef d’entreprise a donc ouvert son circuit à d’autres activités susceptibles de générer des rentrées : séances d’essais de constructeurs, entreprises souhaitant former leur personnel à la conduite, baptêmes de pilotage, journées de roulage libre, etc.
« C’est un effet d’enchainement qui m’a conduit à ainsi ouvrir au grand public. J’y ai été poussé par l’évolution d’une situation que je n’avais pas provoquée. Et sans recevoir aucune aide » insiste Alexandre Michel qui regrette que « d’autres bénéficient de conditions plus favorables. »

Passeport Prévention. Pôle des Sports Mécaniques de Lorraine. Lieu-dit "Le Fays". 54122 Chenevières.
Site internet : www.passeport-prevention.fr

Chambley, à force de persévérance

Chambley axe son développement sur la formation aux risques routiers. C’est le cheval de bataille de Francis Maillet, ex-médecin qui s’est battu durant 10 ans pour que soit construite une piste sur le site du Pôle Aéronautique Lorrain, qualification qui à l’évidence ne lui a pas facilité la vie. En 1998, confie-t-il, personne ne lui fait de cadeau lorsqu’il fonde son école de pilotage dans un angle de ce gigantesque espace, ne disposant alors que de quelques centaines de mètres de dalles de béton et d’un ancien hangar à avions pour travailler.

Francis MailletMais Francis Maillet est pugnace. Derrière lui, il finit par entraîner la Région Lorraine, désormais propriétaire du site, et dans une moindre mesure le Département de Meurthe-et-Moselle qui tous deux lui apporteront le financement de ses nouvelles installations ; notamment une piste de 3,350 km et large de 12 m, qui a été inaugurée officiellement le 1er juillet 2009, ainsi qu’une zone de travail basse adhérence. Lorsque les travaux seront terminés, ces installations permettront d’accueillir confortablement les stagiaires de cette école agréée par la Caisse Régionale d’Assurance Maladie où se sont déjà succédé des conducteurs de véhicules de SAMU, des policiers, des assistantes sociales, etc. « Former ces gens qui roulent beaucoup est notre vocation » précise Francis Maillet.
L’ancien pilote de compétition (il roule encore de temps en temps) a imprimé sa marque sur son parc de véhicules composé de 12 Clio 16 S, 8 Megane Coupé, 2 Spider Renault et 5 Formule Renault. Les virages du nouveau circuit, très technique, ont aussi hérité de dénominations sans ambiguïté : "courbe Indianapolis", "S de Senna", "Estoril", "Petit Spa"… « Mais la compétition  n’est pas encore d’actualité » précise Francis Maillet, « finissons d’abord les travaux. »

Circuit de Chambley. Hangar 110. Base de Chambley. 54470 Saint-Julien-les-Gorze. Tél. 03 82 33 71 83.
Site internet : www.fmaillet.com


Michel Thiriet

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

AddThis Social Bookmark Button