HOME CONSTRUCTEURS ESSAIS Jeep Wrangler : l'aventure au coin de la rue
Jeep Wrangler : l'aventure au coin de la rue Imprimer Envoyer
CONSTRUCTEURS - ESSAIS
Jeudi, 07 Novembre 2019 16:55

LA Jeep reprend la route et des chemins plus invraisemblables. Sans rien renier de sa silhouette, la Wrangler revient parée de tous les attributs du mobile moderne. Pièce capitale dans la fusion Fiat-PSA.

 

Jeep-Wrangler

 

Passages de roue clairement affirmés, calandre aux sept ouïes verticales encadrée par deux phares bien ronds, garde au sol prometteuse, apparemment rien d'essentiel n'a changé sur cette vedette venue d'Outre-Atlantique. LA nouvelle Jeep est pourtant bien là avec ses contradictions et son caractère bien trempé, souvent imité, rarement égalé. LA nouvelle Jeep c'est bien sûr celle qui de CJ s'est muée en Wrangler après avoir joué le rôle décisif que l'on connaît dans la libération de l'Europe. Les techniques ont évolué, les capitaux ont plusieurs fois changé de main mais la lignée est directe. Et ce n'est pas fini. C'est dire qu'avec un passé remontant avant le milieu du siècle dernier, cette Jeep-là peut se prévaloir du titre de mère de tous les 4x4 et autres SUV qui font le show aujourd'hui sur le marché. A tel point qu'elle se distingue en ne portant pas le masculin qui s'attache à la plupart des SUV. L'exception qui confirme la règle.

 

Jeep-Wrangler-AR

 

Les outils du baroudeur

Proposée en Sport, Sahara et Rubicon, 2 ou 4 portes latérales, comme par le passé, la Wrangler 2019 s'affiche d'abord avec toutes les pièces, souvent modifiées, mais reconduites dans leurs fonctions. Parfois étonnantes même. Tel le toit en dur qui se démontent en trois morceaux. Mais vous pouvez aussi l'adopter en toile. Telles les portes qui se détachent elles aussi. Ou le pare-brise, encore, qui se replie. Jeep n'a pas non plus sacrifié la roue de secours, pièce salvatrice pour tout baroudeur qui se respecte. Elle conserve sa place, solidement accrochée sur la porte arrière. Celle-ci s'ouvre sur un très beau volume extensible. Dommage que Jeep n'ait pas eu, enfin, la bonne idée d'une ouverture de droite à gauche plus conforme aux marchés à conduite à droite... Le tout se situe à une hauteur qui peut impressionner les plus petits gabarits. Mais on n'attaque pas un gué de 76 cm (maximum admissible) en se traînant ventre à terre. Pour se hisser à bord, il suffit de conjuguer les avantages d'un marche-pied évocateur et d'une solide poignée à l'intérieur. Là s'ouvre alors un panorama grandiose pour une aventure même au coin de la rue !

Jeep-Wrang-tab


Quatre lettres magiques

A l'intérieur d'abord avec le levier classique d'une boite automatique sur la console centrale, flanqué d'un petit frère qui ouvre, en cas de besoin, la boîte des rapports courts et du choix de transmission, 4x2 ou  4x4. Le volant n'échappe pas au traditionnel moyeu central portant les quatre lettres magiques. Tableau de bord, apparemment classique, écran central, bien placé, sans fioriture, lumineux sur fond plutôt sombre, là encore on retrouve l'esprit Jeep. L'horizon s'élargit au gré des menus déroulants qui, choses rares, font même apparaître les cadrans qui souligneront les devers, les pentes et les figures que vous oserez dessiner hors de vos routes asphaltées habituelles. L'aventure commence. Mais Jeep sait bien que la vie a ses contraintes et que le plus souvent ses plus fervents passionnés limiteront leurs élans aux bouchons quotidiens. La Wrangler, équipée en transmission Command-Trac ou Rock-Trac, selon les versions, pour affronter les terrains les plus hostiles, sait se faire tout aussi aimable à la ville et sur la route. Les gros pneus laissent parfois l'impression d'un léger flottement mais la conduite reste sûre et précise avec un freinage particulièrement mordant. On apprécie alors l'assurance tranquille du diesel Multijet mais pour moins de 50 000 € aussi on peut accéder au 2 litres turbo de 272 chevaux, à peine plus généreux en émissions de CO₂ et traité, également mais lourdement, au malus maximum. Gare à la prochaine échéance pour entrer dans ce monde à part.

Bernard Méaux
Photos estautomag et constructeur


Hybride en vue

Maîtriser les devers glaiseux, effacer les raidillons vertigineux, surmonter les gués trompeurs, Jeep sait faire depuis plusieurs dizaines d'années, surmontant avec la même aisance les obstacles des lois et des règlements. La prochaine et redoutable épreuve impose pourtant un nouvel exercice jusqu'alors repoussé, le test écolo. Jeep promet de s'y soumettre dans quelques mois. Oh certes, moteurs, boîtes et transmissions ont été passés à la moulinette pour réduire les émissions nocives, mais les exigences réglementaires font du mode électrique un passage obligé. L'ensemble du groupe Fiat Chrysler (FCA) a bien acheté à Tesla pour 2 milliards d'euros de « droits » de CO₂ mais ce sera insuffisant et, surtout, peu productif pour l'avenir. Jeep, entre autres marques du groupe italo-américain, passera donc par la case hybride. Un Renegade PHEV (hybride rechargeable) a été récemment dévoilé pour une commercialisation dans quelques mois. Sur la base d'un moteur à essence de 1,3 litre et d'un groupe électrique sur le train arrière, l'ensemble développe de 190 à 240 chevaux, selon la version. L'autonomie électrique autorisée par la batterie embarquée serait de 50 km. Le Renegade préserve sa transmission intégrale, le moteur électrique agissant directement sur les roues arrière. Jeep a prévu d'équiper le Compass de la même manière. La Wrangler devrait suivre.

 

Au cœur du groupe FCA-PSA

Mais que restera t-il de ces projets lorsque les équipes du futur nouveau groupe FCA-PSA auront ajusté leurs plans à l'aune d'un schéma mondial fort de plus de 8 millions de véhicules ?  Jeep sera sans conteste l'un des points d'appui fort en Amérique du Nord mais chaque marque aura sa partition à jouer. Peugeot d'abord qui s'offre le second souffle qui décoiffe et qui porte aujourd'hui jusqu'aux confins des Alpes et au-delà de l'Atlantique. Peugeot, l'âme du groupe PSA, veut réussir aujourd'hui cette fusion avec le champion d'Italie, Fiat, et son allié américain, Chrysler. Belle revanche pour Peugeot, acculé en 2007 jusqu'à faire appel à l’État français et à son partenaire chinois Dong Feng, pour ne pas sombrer. Belle revanche aussi pour Carlos Tavares, sauveur du groupe français, qui devient patron du nouvel ensemble, pour 5 ans au moins. Tavares était le second de Carlos Ghosn chez Renault et aspirait à la succession. Cette ambition légitime exprimée sans trop de détours avait précipité son départ vers PSA. Et avec lui beaucoup de cadres qui misent désormais sur cette nouvelle alliance italo-américano-française, quatrième puissance de l'univers automobile. Un monde dans lequel tout le monde se croise. Les hommes et les structures. Jeep, pièce maîtresse de Chrysler, était, naguère, le joker américain de Renault. Maserati, en son temps, n'avait-il pas été avalé par Citroën, précipitant sa chute vers... Peugeot ?  Et les plus anciens d'entre nous se souviendront d'une étude menée en commun dans les année 80 entre Sochaux et Turin pour produire un moteur à essence dénommé Fire. Peugeot avait renoncé in extremis. Sans oublier les monospaces et utilitaires (Jumper, Ducato, etc.) produits par Fiat et PSA dans les usines de Sevel Nord (France) et Sevel Sud (Italie), partenariat renouvelé récemment jusqu'en 2023. C'est dire que l'autre Carlos, après avoir solidement amarré Opel au groupe PSA, arrive aujourd'hui en terrain miné mais bien connu.

 

Jeep Multijet II en bref



Moteur : 2 143 cm3


Puissance : 147 kW (200 ch)


Vitesse maxi : 177 km/h


Dimensions : L: 4,88 m; l: 1,89; H: 1,83
Poids : 2 114 kg
Coffre : 539 à 1 044 dm3


Consommation moyenne : 7,7 l/100


Émissions de CO2 : 188 g/km


Malus écolo : 10 500 €
Prix : à partir de 49 000 €

 

j'aime plus

  • La silhouette carrée

  • Les outils du baroudeur

  • La carrosserie démontable

  • Le moteur volontaire

j'aime moins

  • La porte de coffre

  • Le régulateur hésitant

  • L'absence de repose-pied

  • La commande des vitres

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

AddThis Social Bookmark Button