HOME CONSTRUCTEURS ESSAIS Volkswagen T-Cross : petit Roc
Volkswagen T-Cross : petit Roc Imprimer Envoyer
CONSTRUCTEURS - ESSAIS
Mercredi, 31 Juillet 2019 14:03

Le constructeur allemand décline avec entrain sa gamme SUV. Le T-Cross, le plus petit de la bande, entend tenir son rang. En essence et en diesel, sans 4x4 mais avec des ressources à tous les étages.

 

VW-T-Cross-2

 

Acidulée... L'impression domine à la vue du petit dernier. Pour son entrée dans le grand monde de la mobilité, Volkswagen lui a choisi une teinte qui séduit et agace en même temps. Acidulé en effet ce Turquoise Maui qui impose le nouveau petit SUV dans le décor. Une teinte tarifiée bien sûr mais qui a le don de mettre l'accent sur la jeunesse et l'urbanité du T-Cross. Près d'un mètre de long sépare ainsi le plus petit du plus grand de la bande des SUV de Wolfsburg, tous caractérisés par la lettre « T » même lorsque le produit s'éloigne des fondamentaux. On voit mal en effet ce que Cross signifie alors que Volkswagen n'a pas cru bon de proposer la transmission intégrale 4Motion. C'est le lot de presque tous les SUV ayant adopté le gabarit citadin. Le T-Cross  a tous les atouts pour réussir ce pari sur un segment de marché qui frise pourtant la saturation. Volkswagen a donc inscrit la silhouette du T-Cross dans la lignée du Touareg et autres Tiguan. Calandre bien affirmée, ligne simple jusqu'au hayon qui laisse paraître sans détour son caractère pratique. Un petit Roc ; comme un grand.

 

VW-T-Cross-AV


Trois cylindres et DSG

Derrière cette silhouette de SUV se cache en effet un véhicule facile à l'usage et bien doté, au fil des options et des packs. Le tout s'appuie sur une plate-forme technique reconnue pour ses qualités de base. Pas de surprise non plus au chapitre motorisation, Volkswagen ayant de quoi répondre à toutes les questions. Le T-Cross dispose ainsi du TSI 3 cylindres essence, et même de diesel TDI, avec des puissances suffisantes et raisonnables de 95 à 115 chevaux. Le TSI a le plus de chance de s'imposer, raison de plus pour monter à bord de la version la plus huppée forte de 115 destriers maîtrisés par une boîte automatique DSG à 7 rapports. Avec un tel équipage, le bonheur est assuré quelque soit le type de configuration routière. La boîte DSG se fait totalement oublier, le TSI reste d'une discrétion agissante, le freinage tient son rang : Volkswagen rend une copie qui frise la perfection. Le petit détail qui peut irriter passe par la pompe, la moyenne d'un essai sans gros excès ayant été avouée à 6,8 litres. La rançon d'un moteur plaisant qui invite à la relance sportive.

 

VW-T-Cross-AR


Utile et confortable

L'autre sujet qui peut fâcher tombe sous les yeux, en l'occurrence la casquette qui couvre le tableau de bord semble taillée dans un matériau d'une sécheresse qui frise l'indigence. Ici et là l'ameublement du T-Cross témoigne du souci de Volkswagen de faire des économies. Une disposition qui ne lèse en rien son côté pratique et confortable. Des petits volumes de rangement partout, les prises USB bien en évidence, à l'avant et à l'arrière, rien ne manque à l'appel. Jusqu'au tableau de bord à affichage variable comme sur une grande, belle réplique à l'écran central qui vous dit tout sur le reste de votre équipée. On y ajoutera une mention spéciale pour les sièges avant, bien dessinés, avec des renforts latéraux qui compensent largement le léger roulis enregistré sous la poussée énergique de la cavalerie. Le coffre mérite également le détour, suffisant pour un usage raisonnable mais surtout facilement extensible. La banquette repliée en deux parties forme un plancher parfaitement plat. On imagine alors la vie qui en découle,  composée de transports en tous genres.

Bernard Méaux
Photos constructeur   


Changement d'époque

Il n'y a pas de semaine, voire de jour quand il s'agit du groupe, sans que Volkswagen ne nous gratifie d'une de ses initiatives. Les nouveaux modèles, bien sûr, le dernier annoncé étant la Passat, promise pour septembre y compris en version hybride plug in. Les innovations technologiques aussi, très orientées ces derniers temps, justement, sur la filière électrique. La gamme I.D. tente d'imposer cette vision d'avenir que cherchent tous les constructeurs. Volkswagen vient d'y ajouter une dimension commerciale en précisant que les batteries seront garanties 8 ans, ou 160 000 km, quasiment une norme désormais dans ce nouveau monde branché. Wolfsburg y ajoute un niveau de référence de 70% de charge à l'issue de ce délai contractuel. Des garanties aussi sur la recharge rapide pour des capacités jusqu'à 125 kW et, plus lente mais accélérée tout de même, à domicile, via une wallbox dédiée. C'est dire qu'on attend avec impatience ces modèles, gages incontournables, dit-on, de notre avenir automobile. Cette évolution impose une recherche permanente que Volkswagen entend bien soutenir avec sa nouvelle entité baptisée Car Software. D'ici à 2025, elle réunira 5 000 experts chargés d'imaginer ses propres logiciels embarqués. De 10% de créations originales, le groupe allemand vise les 60% et donc moins de dépendance vis à vis des ténors mondiaux de l'informatique. Un vrai changement d'époque.

 

Volkswagen TSI DSG en bref



Moteur : 999 cm3


Puissance : 85 kW (115 ch)


Vitesse maxi : 193 km/h


Dimensions : L: 4,10 m; l: 1,76; H: 1,55

Masse : 1 270 kg

Coffre : 455 à 1 281 dm3

Consommation moyenne : 6,2 l/100


Émissions de CO2 : 112 g/km


Malus écolo : 0 €


Prix : à partir de 24 340 € (20 310 € en TSI 95 ch)


j'aime plus

  • Le comportement routier

  • Le gabarit en ville

  • Les sièges bien dessinés

  • Le coffre facilement extensible

j'aime moins

  • Des plastiques durs

  • Un léger roulis

  • L'absence de 4x4

  • Le seuil de coffre

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

AddThis Social Bookmark Button