Seat Tarraco : et de trois ! Imprimer
CONSTRUCTEURS - ESSAIS
Mardi, 28 Mai 2019 10:02

Le dernier de la bande des SUV espagnols n'a rien à envier au premium. Transmission 4Drive, finition Xcellence, diesel et DSG : la formule gagnante de Seat pour accélérer une « remontada » efficiente.

 

Seat-Tarraco-Profil

 

Ateca, Arona et... Tarraco. Autrement dit la continuité n'exclut pas une certaine idée de rupture. Disons une différence pour bien asseoir le nouveau en haut de la gamme SUV. A dire vrai ce sont 150 000 aficionados sollicités par Seat qui ont préféré Tarraco (Tarragone) à Avila, Aranda et autre Alboran. Un vivier pour les ventes de Seat ? Peut-être. Une drôle de consonance cependant en bon français. En tous cas, le Tarraco sur la route, ça se remarque et tout spécialement dans cette livrée Xcellence, le haut du panier avec sa calandre chromée bien posée au cœur de la double signature lumineuse si caractéristique. Une présence assurément qui rivalise avec les plus grands SUV du moment jusqu'à prétendre rivaliser avec le premium. A juste raison. Seat en pleine « remontada » n'a pas lésiné sur les signes extérieurs et les valeurs profondes, plongeant sans retenue dans la riche banque d'organes du groupe Volkswagen. Raison de plus pour ne pas se priver au risque de faire grimper la note au-delà des 45 000 € à force de céder aux ressources du catalogue.


Seat-Tarraco-AV


En 4x4 de préférence

Dernier de cordée dans cette nouvelle aventure du SUV, le Seat Tarraco ne laisse rien au hasard du possible. Ouvrant le bal avec un modeste attelage TSI 150 chevaux, deux roues motrices, à moins de 33 000 €, la gamme s'oriente plus raisonnablement vers des TSI et TDI à 190 chevaux, mieux adaptées à un engin qui flirte rapidement avec les 2 tonnes en ordre de marche. Même avec l'excellente boîte DSG à 7 rapports, ça se ressent sur les relances que l'on souhaitaient vigoureuses. Par chance notre modèle d'essai, paré de toutes les vertus, propose un choix de mode de conduite (Drive Profile) qui permet de la jouer sport, très modérément, éco, recommandé, sans oublier bien sûr la fonction off-road, apanage des versions 4x4 (4Drive) proposées avec la boîte DSG. Comprenez que si le Tarraco s'impose comme un destrier très accommodant, facile à conduire, sûr de lui, il n'en reste pas moins un gros gabarit. Si bien qu'au détour du énième virage avalé sans peine, freinage en appui, l'ordinateur de bord avoue une consommation supérieure à 8 litres de moyenne. Mais là encore le Tarraco dégaine son arme favorite, son volume.


Seat-Tarraco-AR


Jusqu'à sept places

Le grand SUV espagnol débarque en effet avec sa capacité d'emport qui frise les deux mètres cubes dans sa version 5 places. Et même en 7 places, il offre encore 230 dm3 utiles ce qui améliore sensiblement le ratio consommation-service rendu.  Le tout dans un excellent confort avec vue plein ciel grâce au toit panoramique vitré et ouvrant. Le poste de conduite s'impose évidemment comme la meilleure place pour toutes les équipées. Le tissu encadré par deux bandes d'Alcantara manque un peu de charme mais le cuir est à portée d'options... On regrette aussi le bourrelet trop marqué en avant de l'assise et le recul insuffisant du volant par rapport à la position extrême du siège mais rien de rédhibitoire pour de longues étapes heureuses. Les commandes essentielles (climatisation, radio) restent à portée de main sur la console ou le volant. Le grand écran central lumineux en forme de tablette fait le reste. Et on double la mise avec le tableau de bord (Digital Cockpit) numérique et multiforme. Du bel et bon pour famille heureuse et grand rouleur généreux.

Bernard Méaux
Photos estautomag et constructeur
    

Seat-Tarraco-Coffre

La course en tête

Branche ibérique d'un groupe allemand, la partie n'a pas toujours été facile pour Seat et ses particularismes régionaux. Jusqu'à craindre pour son avenir. Le coup de semonce donné il y a quelques années et les modifications structurelles qui ont suivi sous la conduite de l'Italien Luca de Meo ont provoqué un joli retournement de situation. Le plus petit de la bande de Wolfsburg, Porsche excepté, joue ainsi avec brio une belle remontée dans les scores internationaux des ventes. Le dernier bilan du groupe Volkswagen souligne cette course en tête. Sur le premier trimestre 2019, toutes les marques, hors véhicules utilitaires, sont en retrait d'une année sur l'autre, soit un recul de 4,5% pour Volkswagen, 2,9% pour Skoda et même 12,3% pour Porsche alors que le « petit » espagnol s'offre une jolie progression de 8,9% à 151 600 véhicules vendus ! L'effet SUV, sans aucun doute. Et ça se voit aux détours des routes d'Europe et d'autant plus que 2018 avait déjà traduit cette remontée dans les résultats de Seat. Le constructeur espagnol entend bien tenir le rythme comme il l'a montré au salon de Genève. Sa nouvelle marque sportive Cupra, désormais instituée en entité distincte, doit conforter cet élan. L'an dernier, Seat avait dépassé les 500 000 ventes alors que son usine-mère, Martorell, près de Barcelone, fêtait son dix millionième véhicule depuis 1993. Une histoire ouverte avec Fiat, poursuivie avec Volkswagen en 1984. Elle aurait pu tourner court : elle repart de plus belle.


Seat Tarraco TDI 190 4Drive en bref

Moteur : 1 968 cm3
Puissance : 140 kW (190 ch)
Vitesse maxi : 210 km/h


Dimensions : L: 4,73 m; l: 1,84; H: 1,62
Masse : 1 845 kg
Coffre : 700 à 1 775 dm3
Consommation moyenne : 5,6 l/100
Émissions de CO2 : 147 g/km
Malus écolo : 210 €
Prix : à partir de 44 740 € (32 890 € en TSI 150 Style)

j'aime plus

  • Les volumes à vivre

  • Le toit en verre

  • La boîte automatique DSG

  • La tenue de route

           
j'aime moins

  • Les relances paresseuses

  • Le réglage du volant

  • L'inflation tarifaire

  • La consonance du patronyme