HOME CONSTRUCTEURS ESSAIS Cherokee : Jeep toujours
Cherokee : Jeep toujours Imprimer Envoyer
CONSTRUCTEURS - ESSAIS
Samedi, 04 Mai 2019 15:02

Les sept ouïes en éveil, la transmission 4x4  prête à toutes les épreuves, des équipements à foison, le Cherokee revient plus fort avec un beau gros diesel de 195 chevaux, c'est ce qu'il y a de mieux pour ce pur produit américain classé Overland, avec cuir, chrome et confort.

 

Jeep-Cherokee-AV

 

Une perle au cœur de l'empire Fiat ! Jeep figure au rang de ces produits d'exception dont le seul nom suffit pour déclencher un frémissement : un monde à part. Voilà au moins un constructeur à qui on ne peut pas dénier le titre de père de tous les SUV du monde. Du 4x4 utile et bon teint qui évolue en véhicules multi-usages pour atteindre les couches luxueuses de la production automobile mondiale. Au cœur de cette gamme exclusivement tournée vers ce genre, le Cherokee semble parfois un peu oublié entre un petit jeune qui monte, le Renegade, et une référence de poids, le Grand Cherokee. Jeep toujours ! Complètement remis au goût du jour en 2014, le Cherokee conserve son format de belle plante raisonnable. Sa calandre affinée avait surpris mais son élégance demeure et d'autant mieux qu'elle s'avance plus que jamais dotée de sept ouïes, signe évident de la marque américaine.


Jeep-Cherokee-AR


Les secrets du hayon

Jeep a donc retravaillé cette entrée en matière en jouant sur des détails, les phares LED, les cerclages brillants, un capot modifié. Tout comme à l'arrière avec un hayon en matériau composite et un système d'ouverture et d'éclairage repositionné. Ce détour mérite un arrêt prolongé. Jeep a offert à son Cherokee un système d'ouverture, et fermeture, par simple glissement du pied sous le pare-choc. Mieux encore, la fermeture s'effectue aussi, par simple pression sur un bouton intelligemment posé à l'intérieur, sur le montant gauche. Vous pouvez aussi ouvrir et fermer avec la clé. Il ne manque rien à cette version haut de gamme dite Overland à près de 50 000 €, soit 3 500 de plus que la version de base dite Limited. On en oublierait la nouvelle motorisation diesel, le 2,2 litres Multijet proposé uniquement en version 195 chevaux au catalogue français. Mais il existe aussi en 150 chevaux sur certains marchés. Sans oublier la promesse récente d'un moteur essence de 2 litres porté à 268 chevaux. Le diesel accouplé à une boîte automatique à 9 rapports, bardé d'un nouveau turbo, s'inscrit parfaitement dans l'air du temps malgré un malus redoutable légèrement atténué en deux roues motrices. Mais alors, à quoi bon acheter une Jeep ?


De la tribu off road

Jeep-Cherokee-tabAu petit jeu des réglages, ce diesel tient bien son rang même si le niveau sonore et son appétit peuvent paraître trop élevés.  Pour un usage raisonnable, ville et route, on peut cependant tenir une moyenne autour de 8 litres mais son bel allant nous entraîne très vite au-delà de 9. A vérifier à la seconde près, Jeep ayant gratifié son Cherokee d'un tableau de bord à qui rien n'échappe. Certes les petits compteurs ronds à aiguilles, relèvent d'un autre âge mais les informations qu'il délivre au gré de fenêtres glissantes ne laissent rien au hasard. Une note en phase avec l'ambiance qui respire le sérieux. La cerise sur le gâteau est à portée de main droite : un bouton rotatif pour choisir son mode de conduite, de la neige à la boue en passant par « sport ». Une coquetterie pour ce Cherokee de la tribu des off road. Jeep fait varier les plaisir entre la version 2 roues motrices et le 4x4 Active Drive I qui gère automatiquement chaque roue sur la route enneigée ou quelque chemin détrempé. Ce qui fait du Cherokee un SUV familial taillable et corvéable à merci avec coffre en progrès (+ 70 litres), sièges arrière coulissants et système multimédia UConnect en renfort. Mais en insistant un peu, vous pourrez peut être accéder à la haute technicité d'un modèle Trailhawk avec transmission Active Drive II, vitesses courtes et blocage de différentiel. Mais c'est une autre histoire.

Bernard Méaux
Photos estautomag et constructeur


Jeep-Cherokee-chemin

Wrangler en chef de file

Jeep semble avoir trouvé ses aises au sein du groupe FCA. Né pour vaincre lors de la deuxième guerre mondiale LA Jeep a fait école tout en changeant de maître, d'AMC à Chrysler en passant par Renault, mais avec toujours en chef de file, la Wrangler, descendante directe du destrier des GI's dont l'ultime version a été présentée récemment. Le Cherokee en découle, le Renegade, plus européen, aussi. C'est dire la carrière tourmentée de Jeep, proche du gouffre, une fois encore, à la fin de la précédente décennie. Aujourd'hui, Jeep est la vache à lait de FCA avec près de 70% des bénéfices en 2018. Une belle remontée sous la conduite du britannique Mike Manley et de l'attrait mondial pour le SUV. Jeep avait vendu 1,4 million de modèles en 2017. Avec près de 2 millions l'an dernier, le constructeur d'Auburn Hill espère vendre un SUV sur douze dans le monde dans moins de trois ans. Et rêve d'un sur cinq... Sergio Marchionne, le grand patron décédé brutalement l'an dernier, avait vu juste. Tout naturellement, Mike Manley lui succède aujourd'hui, avec toute la confiance de John Elkann, petit-fils de la dynastie Agnelli. Il lui faudra sans cesse réinventer la Jeep, l'adapter à l'air du temps, sans oublier les fondamentaux. A Genève, le constructeur américain a levé le voile sur ses premières versions hybrides (PHEV) rechargeables. Renegade et Compass seront les premières de cordée avec un système électro-mécanique d'une puissance combinée de 240 chevaux. 4X4 bien sûr.

Un faux-pas nommé 309

Mais une fois de plus la machine à recomposer les ensembles s'est mise en marche, certains imaginant entre PSA et FCA un joli mariage d'intérêts après diverses collaborations, notamment dans l'utilitaire. Les plus anciens se souviennent également du moteur Fire élaboré en commun dans les années 80. Turin pavoisait déjà pour le baptême du nouveau-né quand Peugeot a annoncé son retrait... dans l'avion qui emmenait la presse en Italie ! Les mêmes se souviendront aussi qu'en 1978 Peugeot avait racheté la division européenne de Chrysler pour 1 dollar, une montagne de dettes et des espoirs vite déçus sous le patronyme Talbot. En moins de 10 ans, l'affaire fut rangée au rayon des mauvais souvenirs avec un drôle de numéro sur une étagère, le 309. Ce modèle populaire aurait dû porter les armes de Talbot pour succéder à la Simca Horizon mais Peugeot a préféré l'adopter pour conforter ses gammes alors placées sous le signe du 5 (205, 305...). Quelques années plus tard, Peugeot allait-il rééditer la 309 ? Impensable ; décision fut donc prise de bloquer le compteur au chiffre 8. La nouvelle 308 succéderait à la 308. Et ainsi de suite. Voici comment, incidemment, un peu avant l'échéance fatale d'une gamme en forme de double zéro et de retour à la case départ (300, 301, 302...) Chrysler a sauvé le Lion de Sochaux.


Jeep Cherokee 2,2 Multijet 4x4 en bref



Moteur : 2 174 cm3


Puissance : 143 kW (195 ch)


Vitesse maxi : 202 km/h


Dimensions : L: 4,65 m; l: 1,87; H: 1,68

Masse : 1 877 kg

Coffre : 448 à 1 190 dm3


Consommation moyenne : 6,6 l/100

Émissions de CO2 : 175 g/km


Malus écolo : 4 673 €

Prix : à partir de 46 950 € (44 450 € en 4x2)


j'aime plus

  • Le style aguerri

  • Le volume adaptable

  • Les commandes simplifiées

  • Le système UConnect

j'aime moins

  • La consommation

  • Le 4x4 en option

  • La manette d'essuie-glaces

  • Le malus écolo

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

AddThis Social Bookmark Button