HOME CONSTRUCTEURS ESSAIS Cupra Ateca : cavalerie de conquête
Cupra Ateca : cavalerie de conquête Imprimer Envoyer
CONSTRUCTEURS - ESSAIS
Jeudi, 14 Février 2019 16:26

Un premium issu de Seat, la populaire, il fallait y penser. Volkswagen s'offre ainsi une marque de plus à bon compte. Sept modèles suivront. Premium ? Sportive surtout, Cupra oblige, 300 chevaux engagent.

 

CUPRA-Ateca-AV

 

Peut-on aligner sous deux marques différentes un véhicule portant le même nom ? Le groupe Volkswagen vient de nous apporter la réponse avec sa branche hispanique, Seat. Martorell, son siège et cœur de ses productions dans la banlieue de Barcelone, bouillonne d'idées et d'initiatives depuis quelques années pour ne pas perdre pied. Ainsi Seat s'est-elle appliquée à épouser le genre SUV, bien servi par un groupe prolifique. Le petit plus s'appelle Cupra, une note sportive élaborée de longue date pour différents modèles Seat. Alors pourquoi ne pas développer en grand ce petit plus ? Cupra devient ainsi une marque, associée à Seat, avec, pour chef de file, le SUV compact Ateca. A partir de cette épure, il suffisait de travailler dans le détail pour faire la différence. De la dentelle ! Les logos bien sûr, résolument Cupra jusque sur le volant d'un poste de conduite, agréable, bien étudié mais copieusement Volkswagen, jusqu'à l'écran central, très lumineux, très (trop?) sensible. Bref, on cherche les analogies et l'on découvre inserts carbone et revêtements alcantara qui changent la donne.

 

CUPRA-Ateca-AR


Premium sportif

On avait bien remarqué les jantes affûtées, les pneus taille basse, les quatre sorties échappements très sportives mais s'il fallait encore une preuve de la différence, elle s'affiche au bout des doigts, sur le tambour tournant de la console centrale qui gère votre mode de conduite. Ce jour-là, on était plutôt tenté par le flocon de neige, celui qui gère avec modération les rapports (7) de la boîte automatique DSG avec un regard envieux vers le drapeau à damiers, expressif, qui s'affiche juste à côté. La marque de fabrique, l'aveu d'une appartenance affichée à la classe sportive. Là, plus question de travailler dans la dentelle pour une première fois qui en appelle d'autres. Seat-Cupra a délégué une cavalerie de conquête forte de 300 chevaux pour porter la bonne nouvelle. Bien calé dans un siège plutôt luxueux et surtout confortable, on en oublie le côté premium pour revendiquer le niveau sportif. De la puissance raisonnable qui s'acclimate sans peine sous le mode confort qu'autorise la gestion électronique. L'appétit de l'Ateca ne faiblit pas pour autant, résolument calé sur l'ordinateur de bord à 8,5 litres de moyenne au fil d'un parcours relativement modéré. La rançon d'un moteur bien doté.

 

CUPRA-Ateca-interieur


Transmission intégrale

Ainsi nanti, l'Ateca Cupra efface les kilomètres en tous genres avec aisance, fort de sa cavalerie, mais sûr aussi de sa transmission intégrale 4Drive. Seule une neige très profonde pourrait freiner votre élan, la garde au sol étant limitée à 18 cm. Celle-ci n'altère pas pour autant un comportement vif, sinon sportif, sans tangage, et au freinage particulièrement efficace. Ces données de base vérifiées, il vous reste à goûter aux équipements nombreux et sophistiqués. Le tableau de bord est à lui seul un objet de ravissement. Cupra utilise les plus récents développements de Wolfsburg pour  que vous puissiez afficher ce que bon vous semble et à la place qui vous convient. Par opposition, la commande de régulateur, sous le volant, à gauche, certes vénérable, relève déjà de l'antique. Pour son premier opus, Cupra n'en en pas moins posé les bonnes limites d'un exercice qui permet à chacun d'exercer son droit à la différence.

Bernard Méaux
Photos constructeur


Sept modèles d'ici 2025

 

Cupra-Ateca-Face

L'idée en l'air avait été confirmée il y a un an. Sept mois plus tard, Luca de Meo, le patron de Seat, pouvait présenter officiellement le premier véhicule. Et ça roule déjà. Et ça va suivre, l'Ateca n'étant que la première réalisation de Cupra ; le programme fait état de 7 modèles d'ici à 2025 dont 4 avant la fin de l'année prochaine. Un programme qui n'exclut ni l'hybride rechargeable, ni l'électrique pur. Autrement dit, toute la gamme Seat, même élargie, devrait bénéficier de cette mutation.

Premium ? Seat-Cupra s'en défend même si certains arguments sont bien là. Sportif ? Évidemment, c'est l'âme même de Cupra (contraction de cup racing). Un échelon intermédiaire, entre généraliste et premium précise le constructeur. Cupra restera donc très lié à Seat, y compris dans le réseau européen de distribution qui ne comptera que 278 affaires officiellement agréées, avec « corner » et personnel spécifique. A eux de mettre en avant « l’originalité, la sophistication et la performance » par rapport aux véhicules placés juste à côté. Comme sur l'Ateca, Cupra va jouer à fond la carte du « look » et des équipements tout en contenant les prix. Et il en faut pour attirer une clientèle que Seat entend prendre le plus largement à la concurrence, jusqu'à 80%.

Incontestablement l'offensive menée sous la conduite de Luca de Meo est en train de payer. Pour sortir la branche espagnole d'une certaine torpeur, le groupe a injecté 3,5 milliards d'euros pour un premier volet d'un programme 2015-2019. Dès l'an dernier, Seat a retrouvé et dépassé ses volumes antérieurs soit 517 600 ventes, record absolu en 68 ans. Cupra doit enfoncer le clou alors que Tarraco (jusqu'à 7 places), le plus grand du lot, complète déjà la famille SUV. La nouvelle Leon, promise pour cette année, remettra l'accent sur un genre plus classique, le groupe ayant bien l'intention de ne laisser aucune zone d'ombre dans son champ d'action.

 

L'Ateca en bref



Moteur : 1 984 cm3


Puissance : 221 kW (300 ch)


Vitesse maxi : 247 km/h


Dimensions : L: 4,37 m; l: 1,84; H: 1,61
Masse : 1 615 kg
Coffre : 480 dm3


Consommation moyenne : 7,4 l/100


Émissions de CO2 : 155 g/km


Malus écolo : 2 300 €
Prix : 42 500 €

 

j'aime plus

  • Le poste de conduite
  • Le tableau de bord
  • Le comportement routier
  • Le drapeau à damiers

j'aime moins

  • L'écran central trop sensible
  • La consommation
  • L'omniprésence de Wolfsburg
  • Le malus
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

AddThis Social Bookmark Button