Mazda CX-3 : l'aventure au coin de la rue Imprimer
CONSTRUCTEURS - ESSAIS
Mardi, 05 Février 2019 14:19

Un SUV qualifié de crossover par son géniteur mais surtout une ligne affirmée et de vraies qualités. Doté d'un diesel de 1,8 litre, boîte automatique et 4x4, le CX-3 s'affirme pour un usage polyvalent.

 

Mazda -CX-3-AV


Mazda, un cas à part dans l'univers compliqué de l'industrie automobile. Mazda, une référence incontournable pour tous ceux qui s'avancent au-delà des apparences. Bien posé au cœur d'un poste de conduite apparemment irréprochable, on ne peut s'empêcher de penser au destin un peu en marge du constructeur japonais. Hiroshima bien sûr, Ford évidemment, son mentor capitalistique entre 1979 et 2014, le moteur à piston rotatif, la victoire au Mans... Qui ose poser face au conducteur, un compte-tours pour un modeste diesel de 115 chevaux ? Qui propose sur la console, à portée de main du passager, un contrôle de tonalité de la radio ? Des détails qui vous changent la vie en Mazda. Celle à bord de laquelle nous sommes montés est plutôt du genre masculin, vrai SUV mais qualifié de crossover par son géniteur. Un modèle compact en tous cas, qui plutôt urbain, n'en néglige pas pour autant toutes la palette des aventures automobiles possible, même au coin de la rue.


Mazda CX-3-AR


Frein de parking électrique

Ainsi s'avance le CX-3, petit frère très identifiable du CX-5. Son ultime version a débarqué il y a quelques semaines sans bruit. Mazda, conscient de la justesse du style et des lignes placés sous le signe du Kodo, n'a que très légèrement modifié son SUV compact. Quelques retouches de calandre, des jantes inédites, bref pas de quoi dévaloriser les modèles lancés depuis 2015. Dans une robe Soul Red Crystal, coup d’œil admiratif assuré. La suppression du levier de frein à main au profit d'un système électrique change au contraire l'allure de la console centrale surmontée d'un accoudoir. Tombent alors littéralement sous la main les commandes, très pratiques, de l'écran central. Même si on tâtonne un peu pour trouver certaines fonctions, on sent que tout a été pensé. Précis, utile. Jusqu'à doubler la mise avec, par exemple, l’inscription digitale de la vitesse dans le rond du compte-tours et sur le petit écran de vision tête haute (HUD). Cette profusion d'équipements sur une version, il est vrai, au sommet du catalogue, compensera le plus souvent un volume utile mesuré. Les places arrière paraîtront un peu étroites. Le coffre s'en sortira plus facilement en repoussant les sièges, malgré un seuil relativement haut.

 

Mazda-CX-3-tab


Transmission 4x4

Le moteur qui s'ébroue par simple pression, sans clé, vient nous rappeler la nouvelle essentielle de ce CX-3. Mazda, un peu contraint par les règles environnementales, a dû échanger son petit diesel 1,5 litre par un SkyActiv-D de 1,8 litre. On y gagne une dizaine de chevaux et un visa écolo. Le petit dernier grogne un peu à la relance pour mieux s'activer ensuite, gaillardement, en silence. Cette montée en puissance permet aussi l'installation de la boîte automatique à 6 rapports, particulièrement agréable en ville. La direction joue sur ce même registre heureux. Cerise sur le gâteau lorsque le temps se gâte, la transmission intégrale (AWD). Mazda la propose à un prix relativement élevé mais elle travaille efficacement, et automatiquement, en toutes circonstances. La tenue de route ne souffre aucune critique sans jamais ternir une note confort dans le haut du panier. Ajoutez-y tous les éléments de confort des temps modernes (régulateur actif, phares adaptatifs, hi-fi Bose, etc). Une référence qui s'impose à l'évidence au moment du choix.

Bernard Méaux
Photos constructeur

Mazda-CX-3-Profil


Mazda 1,8 SkyActiv-D AWD en bref

Moteur : 1 759 cm3
Puissance : 85 kW (115 ch)
Vitesse maxi : 179 km/h
Dimensions : L: 4,27 m; l: 1,76; H: 1,53
Masse : 1 407 kg
Coffre : 350 à 1 197 dm3
Consommation moyenne : 5,2 l/100
Émissions de CO2 : 137 g/km
Malus écolo : 473 €
Prix : à partir de 30 000 € (21 400 € en 2WD SkyActiv-G 121 ch.)

 

j'aime plus

  • Le style affirmé
  • Le poste de conduite
  • Le rayon de braquage
  • Le comportement routier

j'aime moins

  • Les relances du diesel
  • Le seuil de coffre
  • Les places arrière
  • Le surcoût du système 4x4


CX-5 le grand frère

Mazda -CX-5

 

Difficile de taxer Mazda de suivisme. Ses pick-up, monospace, berline, cabriolet témoignent de longue date de son éclectisme. Le SUV n'échappe pas à la règle en usage à Hiroshima. Dès 2012, le CX-5 entrait dans la danse mais déjà en 2006 était apparu le CX-7, suivi du CX-9, grandes machines bien adaptées au format américain. Depuis 2012, le CX-5, plus raisonnable sur nos terres européennes, s'impose. Lui aussi a récemment évolué dans le détail pour confirmer une feuille de route de bon aloi... et résister face aux assauts de celui qui a su se glisser avantageusement dans l'empreinte du grand frère. Derrière une calandre très esprit de famille, le CX-5 affiche près de 30 centimètres en plus (4,55 mètres) ce qui laisse un joli volume intérieur pour 5 passagers. A contrario, le coffre se contente d'une bonne moyenne, sans plus. Ici, le SkyActiv-D a encore les faveurs de la route, en version 2,2 litres (183 chevaux) pour tenir la distance, même chargé à fond de cale. Lui aussi un peu rugueux au démarrage, il sait se faire oublier ensuite pour, finalement, avouer une honnête consommation à moins de 7 litres. En attendant bien sûr, cette petite révolution du moteur à  essence qui s'anime (presque) selon les mêmes principes de l'allumage par compression du diesel. Et une consommation en retrait, jusqu'à 20%, à la clé. Le SkyActiv-X arrive avec la nouvelle Mazda3 qui vient d'être dévoilée au récent salon de Los Angeles. De quoi prolonger encore un peu le moteur thermique.