HOME CONSTRUCTEURS ESSAIS Kia e-niro : l’électrique qui rassure et stimule
Kia e-niro : l’électrique qui rassure et stimule Imprimer Envoyer
CONSTRUCTEURS - ESSAIS
Vendredi, 28 Décembre 2018 17:20

Le premier crossover compact émetteur de zéro C02 change la vie avec la voiture électrique. Avant le premier tour de roues, il rassure. Son autonomie dépasse celle des véhicules à essence. En route, sa finesse et sa réactivité régalent le conducteur. 

 

Kia e-niro stat 34 AV Photo 1Dans ses 4,38 m de longueur, le crossover Kia e-niro accueille au large cinq voyageurs et leurs bagages en plus d’héberger une batterie de 457 kg.

 

Il n’y a pas de temps d’appropriation. Fini. Kia lance le véhicule électrique à l’habitacle familier. Le voyage ne se déroule pas dans un silence de laboratoire acoustique. L’e-niro murmure à l’oreille des occupants.

   Un ronronnement, mais pas linéaire. Module les décibels, la vitesse affichée au tableau dans le cadran de droite. Comparable au bruissement d’un discret moteur à essence, la rumeur ne vient pas de derrière la planche de bord. Elle monte du plancher. L’e-niro fait entendre, filtré, feutré, l’impact des pneus sur le bitume.


Kia e-niro int Photo 2Un poste de pilotage clair, soigné, sobre. Sur la console centrale, la molette de marche avant/marche arrière ; elle incorpore, affleurant, le bouton du frein de parking.


Des palettes ergonomiques bien qu’invisibles

   Au poste de conduite, règnent cohérence, esthétique, et simplicité. Deux pédales, pas de levier de vitesses, pas d’embarrassant frein de parking. Des palettes au volant, oui, mais minuscules et quasi invisibles, bien que parfaitement ergonomiques.

   Sur la console centrale, la molette qui commande la transmission pivote d’un tiers de tour. De R, marche arrière, à D drive. Entre les deux, N pour point mort. Dans le moyeu de la molette, le bouton P sans relief qu’il suffit d’enfoncer pour immobiliser le véhicule au parking.  

   Les palettes servent au dosage du frein moteur. Prononcer « décélération ». Trois crans. Plus fort diminue la vitesse, plus fort la batterie se recharge.


Kia e-niro int palette au volant Photo 3Les palettes qui modulent décélération et recharge de la batterie ne se voient pas mais tombent sous les doigts.  

Deux tonnes de finesse

   Sitôt en mouvement, l’e-niro devient pour le conducteur un partenaire. Vif sous l’accélérateur, appliqué-précis-accrocheur en virage, il captive de bout en bout sur les routes de corniches. Sans appréhension, sans correctifs, les changements de cap s’enchaînent au ras du roc, au ras de la falaise, au ras de la bande blanche.

   Conviennent au crossover électrique Kia, les chaussées entretenues. Planes. Commandent de se méfier des gendarmes couchés, la fermeté de la suspension, les 457 kg de batterie sous les sièges, la masse totale roulante pas éloignée de 2 tonnes (1737-1791 kg à vide). Mieux vaut, voilà tout, prendre au sérieux les ralentisseurs de tous acabits.

    Hors ces obstacles, c’est la finesse du véhicule qui impressionne, non sa pesanteur ou sa raideur. Le faible débattement des roues n’empêche pas de percevoir, au lâcher de l’accélérateur, le transfert de masse sur le train avant : tangible assurance, à l’abord des virages, d’un pouvoir directionnel accentué. Perceptiblement arc-bouté, l’e-niro vire « sur rails ». Dans sa voie sans déborder.  


Kia e- niro coffre Photo 4e volume du coffre et du compartiment arrière supporte la comparaison avec ce qu’offrent les crossovers diesel ou à essence de dimensions comparables.
    
Où et quand lâcher l’accélérateur

   Les 204 ch (150 kW) et 395 Nm (de 0 à 3600 tours-minute) fournis par le moteur cravachent sans bruit ni rupture. La démultiplication entre moteur et roues ne varie pas.  
 
   Le pilotage sans changement de rapport s’assortit de freinages sans implication des disques et plaquettes. Jusqu’à l’arrêt au feu rouge. Navigation activée, un signal au tableau de bord et une discrète alerte sonore indiquent même où et quand lever le pied de l’accélérateur.

   L’e-niro n’enseigne pas seulement l’anticipation à l’approche des ronds-points, carrefours et épingles. Sur autoroute comme en agglomération, partout, le cadran de gauche dans le combiné fait de l’éco-conduite un excitant exercice.

   Les chiffres affichés là, hauts de 2 centimètres, expriment les kilomètres que pourra débiter la batterie. Au maximum 455 en usage mixte, 615 en ville. En cours de roulage, le nombre décroît mais pas inexorablement.


Kia e-Niro poste de conduite Photo 5Dans le cadran de gauche, l’autonomie restante. Derrière le barreau horizontal du volant, les palettes se dérobent au regard.


Augmenter l’autonomie en roulant

   Les ralentissements accroissent le potentiel de distance à parcourir. Un défi étranger à l’automobile thermique pimente ici la conduite : ne manquer aucune occasion d’allonger l’autonomie résiduelle. Un vrai match, avec immédiat affichage dans le cadran de gauche des kilomètres gagnés.

   Aux passagers, l’e-niro procure un exceptionnel espace aux jambes dans 4,38 m de longueur. Le coffre (451/1405 dm3) ne pâtit pas davantage des près de 500 kg de batterie embarqués.

   Kia ne cache rien des contraintes de la recharge. C’est moins émoustillant. L’opération prend de 40 minutes à 29 heures selon la source d’électricité.
   Prix, bonus déduit, 36 500 – 40 500 € selon version. Garantie 7 ans/150.000 km.

Dominique Faivre-Duboz


Kia ed-Niro charge Photo 6Le Kia e-niro en phase de recharge : le plein d’électricité prend entre 40 minutes et 29 heures selon le débit de la source.

Identité

Kia e-niro : crossover électrique 5 portes, 5 places, 4,375 m, 1737 kg, coffre 451/1405 dm3, Ø de braquage 10,6 m, batterie lithium-ion polymère 250 V 64 kWh.
Moteur : électrique 150 W (204 ch) à 3800-8000 t/m, 395 Nm à 0-3600 t/m. Pas de boîte de vitesses.
Performances : 167 km/h, 7,8’’ au 0-100 km/h. Autonomie : ville 615 km, mixte 455 km.
Consommation : ville 11,8 kWh au cent, mixte 15,9 kWh au cent. Recharge: 29 h – 0h42 selon source d’électricité.
Prix : 36 500 € (6000 € de bonus écologique déduits).


Kia e-Niro places arriere Photo 7Les passagers arrière jouissent d’un espace aux jambes inespéré dans 4,38 m de longueur hors tout.


De série, caméra de recul + radar de recul

Kia propose trois versions de son premier crossover 100% électrique : e-Active, e-Design, e-Premium.  C’est à se demander pourquoi.

 

   D’origine, l’e-niro e-Active cueille l’utilisateur avec d’indéniables marques de raffinement et sophistication. Les portières. Elles pivotent en grand : près de 90°. Ouvertes, totalement ou partiellement, trois différents points de blocage les empêchent de se rabattre. Appréciable au stationnement sur terrain en pente.

   Le régulateur de vitesse adaptatif maintient la distance de sécurité avec le véhicule qui précède. Dans les embouteillages à effet accordéon, il fait plus. La fonction Stop & Go gère les arrêts et redémarrages.

   La clim’ automatique bizone fonctionne aussi en mode « driver only », conducteur seul. L’aide à la marche arrière associe caméra et radar de recul. Une plaque à induction s’offre à recharger les smartphones sans fil. La navigation pointe sur l’écran les plus proches bornes de recharge.

   Manque quoi ? Les sièges cuir, deuxièmement à réglage électrique, enfin chauffants.

 

Kia e-Niro portieres Photo 8A l’avant comme à l’arrière, les portières pivotent à pas loin de 90°.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

AddThis Social Bookmark Button