HOME CONSTRUCTEURS ESSAIS Volvo S 60 : les moteurs diesel au musée
Volvo S 60 : les moteurs diesel au musée Imprimer Envoyer
CONSTRUCTEURS - ESSAIS
Mercredi, 11 Juillet 2018 14:50

« Notre futur est électrique » assène Håkan Samuelsson, Pdg de Volvo Cars. Dans le fil de cette profession de foi, le patron de la marque suédo-chinoise vient de révéler que la nouvelle berline S 60 n’utilisera que des motorisations essence.  


Volvo-dernieres-diesel-photo-0Les Volvo du futur déjà lâchées : la trappe dans l’aile gauche de chaque modèle ci-dessus donne accès à un branchement électrique.

 

L’imminente S 60 se distinguera dans l’histoire comme la première Volvo moderne réfractaire au gazole. Une décision dans l’air du temps mais pas moins radicale. Le modèle actuellement en fin de vie donne à l’acheteur le choix entre quatre blocs diesel.

   À la S 60 annoncée, fonctionnant exclusivement au super, succéderont dès 2019 des Volvo impliquées à divers degrés, mais sans retour, dans la transition énergétique. Il s’agira d’automobile soit semi -hybrides essence, soit hybrides rechargeables essence, soit 100% électriques.


Volvo-XC-40-dyn-photo1Le SUV Volvo X 40 victime de son succès : 80 000 commandes au niveau mondial pèsent « exagérément » sur les délais de livraison.


Suédo-chinoise made in USA

Le constructeur rejoint Nissan et Toyota qui arrêteront prochainement la commercialisation de véhicules diesel en Europe. Ne peut qu’inciter à une telle rationalisation, la prime à la conversion instituée depuis le début de l’année en France. La mesure gouvernementale vise à extraire de la circulation les plus anciens modèles diesel (construits entre 2001 et 2006) et à essence (d’avant 1997).

   Alors que le break V 60 a été présenté en début d’année à Stockholm, la berline correspondante attendue cet été sortira d’une nouvelle unité de production implantée à Charleston (Caroline du Sud, USA). Proposée dans un premier temps avec une motorisation 4 cylindres essence Drive-e, plus des versions hybrides rechargeables essence naturellement, cette berline premium de taille intermédiaire partageant sa plateforme avec la gamme 90, sera exportée dans le monde à partir des Etats-Unis.

   De son côté, le XC 40 va voir ses cadences de production accélérées. Elu « Voiture européenne de l’année » en mars dernier à Genève, ce SUV compact totalise 80.000 commandes. Les délais de livraison s’en trouvent exagérément prolongés.  De nouvelles déclinaisons sur la même plateforme CMA ont également été annoncées.    


Volvo-XC-60-T8-Twin-Engine-recharge-Photo-2Le SUV XC 60, modèle Volvo préféré des Français. Ici en recharge, la version hybride essence-électricité T8 Twin Engine.  

Geely plus avisé que Ford

Volvo décidément en verve s’honore d’un autre trophée, de portée planétaire celui-là : au dernier Salon de New York, le jury de la « Voiture mondiale de l’année » avait couronné l’XC 60.

   La marque a connu des temps moins glorieux.

   Né en 1927, périclitant à la fin du siècle dernier, Volvo avait « bénéficié » d’un repêchage par Ford en 1999. Mais le repreneur avait tenté – sans succès - d’américaniser la marque au lieu d’en exalter les atouts suédois : sécurité, fiabilité, finition.

   Nouveau propriétaire depuis 2010, le chinois Geely a préservé l’âme de Volvo sans négliger de développer la production. Les 571 577 exemplaires fabriqués en 2017 (+7% sur 2016) ont trouvé preneurs sur une centaine de marchés. Le siège social n’a pas quitté la Suède. Les voitures sortent d’usines chinoises à Göteborg (Suède), en Belgique, et désormais à Charleston aux Etats-Unis.


Les grands Salons, c’est fini

Au cours des cinq premiers mois 2018, la production a bondi de 13,6 % (258 581 unités) tractée par la demande en Chine (+19 %) et en Amérique (+40,9%). En France sur la même période, Volvo a enregistré  7211 immatriculations (+1,5 %), l’XC 60 toujours en tête devant les V 40 et XC 40.

   Précisant ses nouvelles ambitions, Volvo évoque un chiffre d’affaires 2025 généré à 50% par des véhicules 100% électriques. A la même échéance, les modèles autonomes devraient représenter le tiers des ventes. Enfin la commercialisation devrait passer à 50% par un service d’abonnement.

   Dans l’immédiat, le constructeur suédo-chinois fait l’impasse sur les grands Salons de l’automobile : Genève, Paris, Francfort, Detroit.

DFD

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

AddThis Social Bookmark Button