HOME CONSTRUCTEURS ESSAIS Seat Arona : crossover urbain
Seat Arona : crossover urbain Imprimer Envoyer
CONSTRUCTEURS - ESSAIS
Jeudi, 12 Avril 2018 16:37

Petit frère de l'Ateca, proche cousin du T-Roc, l'Arona va devoir tailler son propre chemin dans la jungle du SUV européen. Il ne lui manque rien pour réussir hormis une transmission intégrale.

 

SEAT-Arona-AVArona : des lignes tendues et 68 combinaisons de coloris.

 

Arona ! Seat n'a pas failli à sa tradition, celle de toujours placer l'un des modèles de ses gammes sous le signe d'une ville d'Espagne, son berceau : Arona sur l’île de Tenerife, à ne pas confondre avec une autre cité, en Italie. Les temps ont bien changé, la Société Espagnole des Automobiles de Tourisme (SEAT) n'a plus partie liée avec la Fabrique Italienne d'Automobiles de Turin, la non moins célèbre FIAT. Aujourd'hui, Seat porte haut les couleurs du groupe Volkswagen sans renier ses origines plantées au cœur de Barcelone. L'Arona y prend forme, dans l'usine-mère de Martorell, juste à côté, là où sont assemblés également Ibiza et Leon. Le « crossover urbain », appellation retenue par le constructeur catalan, ne peut renier ses airs de familles. Aux rondeurs de certaines productions du groupe, Seat oppose ses lignes tendues, acérées qui font la différence. Robe rouge, toit noir, le ton est donné. L'Arona propose ainsi 68 combinaisons de coloris. Mais pour tous, un logo en forme de X sur le montant arrière, façon alu, le signe du crossover alors qu'il ne dispose pas d'une transmission intégrale réservée à son cousin T-Roc.

 

Seat-Arona-tabLa planche de bord, colorée en partie à la demande, jette sa note printanière sur un ensemble sérieusement noir.


Bel assemblage

Le premier abord, plutôt pimpant, dans la droite ligne de l'Ibiza, invite à la découverte. Ici, la version Xcellence, placée selon la terminologie maison juste en dessous du top FR, ne vous refuse pas grand-chose. Le bouton de contact, alu teinté de rouge frémissant sur la console centrale, donne le ton. C'est bien léché même si certains plastiques durs se nichent ici et là. La planche de bord, colorée en partie à la demande, jette sa note printanière sur un ensemble sérieusement noir. Les deux cadrans sous le volant et l'écran central complètent un décor vite apprivoisé. Le siège avant accueille les plus grands gabarits pour une position élevée pour faire face aux aléas de la route, crossover oblige. Ensuite, tout relève de la grande cuisine mitonnée à Wolfsburg. L'Arona étant montée sur une plate-forme du groupe (MQB AO pour les puristes), il est bien normal de retrouver quelques vieilles connaissances frappées des sigles TSI, TDI et DSG. L'Arona vous offre ainsi un choix de moteurs compris entre 95 et 150 chevaux, dont deux diesel (95 et 115 ch). Un beau produit d'assemblage.

 

SEAT-Arona-ARDe ville en route, l'Arona démontre ses capacités à rejoindre le peloton grandissant des SUV.


Trois cylindres

L'air du temps en faveur du moteur à essence nous a conduit vers un TSI 115, une bonne pointure pour ce véhicule plutôt appelé à des circonvolutions péri et intra-urbaines. Mais n'écoutant que le ronronnement caractéristique de ce moteur à trois cylindres, il ne vous refusera pas une longue escapade en terrains variés. Jusqu'à 110 km/h, l'Arona ne mérite que des éloges mais au-delà, ou sur certains revêtements, l'ambiance sonore prend le dessus. Pour la relance, il ne faut pas hésiter à enfoncer brutalement l'accélérateur. La remise en action après un arrêt sous stop & start s'avère également un peu paresseuse. De ville en route, l'Arona démontre ses capacités à rejoindre le peloton grandissant des SUV avec une consommation moyenne somme toute raisonnable de 6,1 litres. La tenue de route et le freinage sans reproche, les aides électroniques diverses et le confort convenable font le reste. Pour emporter la mise, ajoutez-y un coffre spacieux, une banquette coulissante et des vide-poches à tous les étages.
 
Bernard Méaux
Photos constructeur

 

Seat-Cupra-e-racer408 chevaux sous le capot de la Cupra électrique de compétition.

 

Cap sur Tarraco

Seat a le vent en poupe. Il a même fait suffisamment de bénéfices (191 millions d'euros) l'an dernier pour pouvoir distribuer 700 € à chacun de ses 14 700  employés. Après cette bonne année 2017 (470 000 ventes mondiales et 10 milliards de chiffre d'affaires), la branche espagnole de Volkswagen a entamé 2018 en fanfare avec une progression de 20,4% dès janvier. Menacée il y a quelques années, la marque a donc bien redressé la barre, encouragée par le groupe à cultiver son identité tout en élargissant ses horizons. C'est ainsi que Seat vient de débarquer en Nouvelle-Zélande, un nouveau pas en avant. L'Espagne, malgré sa présence active depuis 1953, ne suffit pas en effet à son développement. Seat exporte désormais plus de 80% de sa production dont l'essentiel repose sur ses trois usines locales, Ateca et Toledo étant produits en République tchèque, l'Alhambra au Portugal et la petite Mii en Slovaquie. Seat vient d'annoncer, au salon de Genève, un autre virage important à négocier avec la création d'une seconde marque, Cupra. Le nom, plus romain qu'ibère, est bien connu puisqu'il qualifie les modèles les plus sportifs. Désormais, ils feront marque à part, tout en restant très intégrés dans le dispositif de conception et de distribution. Première démonstration avec un modèle e-Racer de compétition, 100% électrique, crédité d'une puissance de 300 kW (408 chevaux). Mais Seat mise sans doute plus encore sur le grand frère d'Arona et Ateca. Attendu pour la fin de l'année, il s'appellera Tarraco. Ainsi en ont décidé les 146 000 participants au vote grand public ouvert pour l'occasion. Tarraco, le nom antique de Tarragone. La Catalogne, encore et toujours

 

Seat Arona 1.0 TSI DSG en bref



Moteur : 999 cm3

Puissance : 85 kW (115 ch)

Performances : 0 à 100 en 10 s

Dimensions : L: 4,13 m; l: 1,78; H: 1,54

Masse : 1 210 kg

Coffre : 400 dm3

Vitesse maxi : 182 km/h


Consommation moyenne : 5 l/100

Émissions de CO2 : 114 g/km


Malus écolo : 0 €

Prix : à partir de 20 995 € (16 500 € en Reference TSI 95)

 

j'aime plus

  • Le comportement routier
  • La boîte DSG
  • Le poste de conduite
  • Le choix des équipements

 

j'aime moins

  • Des plastiques tape-à-l’œil
  • L'ambiance sonore
  • Les prix
  • Le Stop & Start paresseux
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

AddThis Social Bookmark Button