HOME CONSTRUCTEURS ESSAIS Ford Kuga haute couture
Ford Kuga haute couture Imprimer Envoyer
CONSTRUCTEURS - ESSAIS
Vendredi, 17 Novembre 2017 14:43

Ford a bien négocié le virage des SUV, plus civilisés, plus urbains et 4x4. Le très récent Kuga s'offre même une dimension luxueuse avec le label Vignale désormais appliqué à presque toutes les gammes.

 

Ford-Kuga-Vignale-AV-2Ford Kuga Vignale : un cran au-dessus côté finition. 

 

Kuga, oui bien sûr, mais sa récente remise en ordre de bataille serait-elle allée jusqu'à effacer son nom ? J'ai beau tourner autour de notre bel étalon blanc, rien ne semble vouloir le rattacher à cette famille de SUV compact apparue en 2008. C'est que le bougre, non content de faire les yeux doux aux familles, ose une dimension luxueuse, originale, exprimée par la griffe Vignale, façon haute couture. Présenté à l'origine sur la Mondeo, le label gagne progressivement toutes les familles, telle la très récente Fiesta. Raison de plus pour honorer le Kuga. Alors s'impose la seule mention Vignale, du sol au plafond, sur les ailes, sur le coffre, sur la calandre et en toutes lettres. On aimerait peut-être plus de discrétion et d'autant moins que la référence ne s'impose pas à l'évidence. Mais sans conteste, Vignale, c'est un cran au-dessus. A prononcer avec le « e » en finale accentuée, à la manière transalpine.

 

Ford-Kuga-Vignale-TabSur le tableau de bord, un grand écran central, des commandes vocales, la transcription des messages téléphonés, etc.


Cuir matelassé

Grand écran central, commandes vocales, transcription des messages téléphonés, etc.Un ovale bleu à l'avant, deux échappements caractéristiques à l'arrière, le tout monté sur de grandes roues, pas de doute cependant, c'est bien d'un Kuga dont il s'agit pour ce galop automnal. Un top en l'occurrence puisque doté d'un diesel TDCI de 180 chevaux avec boîte automatique. Mais Vignale d'abord avec cette calandre qui abandonne les barres horizontales pour adopter un décor imitant des « V » noués et entrelacés. Il y a ensuite les chromes. Il y a surtout le cuir des sièges, bleu marine intense, et blanc, matelassé. Dommage que Ford ait cherché à faire un peu d'économies en n'offrant qu'une assise étroite. Le tout se révèle néanmoins confortable en usage longue durée. Car dans ce décor que chacun appréciera, plutôt bien léché, on s'installe vite dans un confort au long cours. Le bleu lumineux des aiguilles du tableau de bord, classique, apaise, et le grand écran central et ses multiples informations rassure. Ford n'a pas lésiné sur les accessoires pour rendre la vie à bord plus facile. Jusqu'à ces commandes vocales à tout faire, jusqu'à la transcription de vos messages téléphonés. Rien ne manque avec tout ce qu'il faut de plus que sur la finition ST-Line pour justifier un surcoût d'environ 3 350 € à 42 450 € en 4x4 et boîte automatique.

 

Ford-Kuga-Vignale-AR-2Le Kuga Vignale emporte sans peine 5 passagers et leurs bagages.


Diesel français

Ainsi doté, le Kuga Vignale peut mener grand train et d'autant mieux qu'il est doté d'une transmission intégrale permanente, totalement automatique. C'est dire si les trains roulants assurent, même si ni la neige, ni même la pluie n'ont daigné honorer notre essai pour lui donner plus de piment. En d'autres termes, pas de nuage susceptible d'altérer une bonne impression générale. La boîte automatique enroule les plus jolis tours d'un diesel volontaire issu de la banque d'organes de PSA (Peugeot Citroën). A l'heure d'user du régulateur de vitesse, on râle un peu, sa position sur le volant n'étant pas la meilleure. De plus, il ne daigne même pas maintenir l'allure en cas de longue descente. En reprenant la main, on n'en apprécie que plus fortement la tenue de route et le freinage à toute épreuve. Précieux pour un véhicule capable d'emporter sans peine 5 passagers et leurs bagages. Un mouvement du pied sous le pare-choc arrière suffit pour découvrir un beau volume, couvert par un cache-bagage souple et facile à manœuvrer. Kuga sans doute, Vignale peut-être mais SUV utile et agréable, sûrement.


Bernard Méaux
Photos estautomag et constructeur


De Ghia à Vignale

Naguère Ford s'affichait en Ghia pour certains de ses hauts de gamme ; désormais le label d'excellence prend le nom de Vignale, les deux patronymes étant déjà associés dans une entité reprise par le constructeur américain en 1973. Giacinto Ghia avait créé son affaire au début du siècle dernier. Il se fera connaître plus largement en créant un coupé Karman sur la base d'une Coccinelle. Vignale, Alfredo pour les intimes, d'abord salarié de (Pinin)Farina s'est rapidement hissé au rang des carrossiers italiens talentueux en travaillant notamment pour Lancia et Fiat.
Ford s'est donc saisi de cette étiquette vacante pour donner du lustre à ses gammes avec force cuir, chrome, chevaux et services variés. Le charme à l'italienne au service du sérieux rationnel américain.
Une seule exception de taille dans ce tableau recomposé, la Mustang. Voiture mythique née en 1964, la Mustang se suffit à elle-même pour faire un malheur dans les ventes et, semble t-il, le bonheur de Ford. A la fin de l'été, plus de 30 000 exemplaires avaient déjà pris la route en Europe en un peu moins de deux ans. On pourrait même penser que ce lancement réussi fait beaucoup de bruit, si l'on en croit la dernière innovation installée sur ce modèle sportif.

FORD-MUSTANG-2018-2Ford renforce le caractère athlétique de la Mustang... et la dote d’un réducteur de bruit utilisable à la demande.

Mustang en sourdine

Alors que de nombreux constructeurs s'ingénient à créer des sons artificiels et électroniques, Ford a eu l'idée de greffer un mode... silencieux à deux niveaux, l'un spécialement pour le démarrage, l'autre pour la conduite. But du jeu ? Éviter de heurter les tympans des voisins au petit matin et de tous ceux qui pourraient croiser votre belle machine sans pour autant partager votre passion. Par chance, à tout moment, vous pouvez retrouver les accents naturels de votre V8. Cet équipement accompagne l'arrivée du modèle 2018 dévoilé au salon de Francfort. Ford a cru bon de proposer des évolutions de style avec calandre, capot et feux modifiés, entre autres, pour renforcer le côté « athlétique » de la ligne. La décoration intérieure évolue avec des matériaux « plus agréables » au toucher et un tableau de bord entièrement numérique. La Mustang est toujours proposée en deux versions, coupé et cabriolet, avec moteur quatre cylindres de 290 chevaux ou GT, dont le V8 de 5 litres de cylindrée passe de 418 à 450 chevaux. La boîte automatique grimpe de 6 à 10 rapports.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

AddThis Social Bookmark Button