Nissan Micra 1.0 : la plus abordable Imprimer
CONSTRUCTEURS - ESSAIS
Jeudi, 07 Septembre 2017 15:37

Elle a gardé son nom, rien d’autre. Sa nouveauté débridée lui réussit. Lancée au printemps, la citadine 5e génération de Nissan a passé en août le cap des 5 000 immatriculations dans l’Hexagone. La voici qui accroît son attractivité par le bas.     


Nissan-Micra-verteLa Micra 1.0L71 : moins chère, moins puissante, elle n’en laisse rien paraître.

 

Moins de 6 mois après sa commercialisation, la nouvelle Micra ratisse plus large. Elle attaque désormais à exactement 1 990 € sous le prix plancher pratiqué jusqu’à présent. La gamme s’enrichit d’une version plus modestement motorisée.  

   Estampillée 1.0L70, la Micra qui déboule chez les concessionnaires étrenne le bloc 3 cylindres dernier cri de la marque. A essence bien sûr, elle s’accommode, comme son nom laisse entendre, d’une cylindrée limitée à 1 litre. Pas de turbocompresseur. Le conducteur dispose de 71 ch sous l’accélérateur, pas plus.   


Nissan-Micra-duoLes Micra 5e et 4e générations : à gauche, modernité et dynamisme perçus ; à droite rondeur sympathique mais obsolète.


Première asiatique élue « Voiture de l’année » en Europe

   A l’œil nu rien ne change par rapport aux modèles 5e génération en circulation depuis mars, forts eux de 90 ch qu’ils brûlent du super ou du gazole. Ciselée, élancée, plus longue, plus large, plus basse et moins vitrée que le modèle 4e génération, la Micra 1.0L70 ch n’irradie pas que la modernité. Le dynamisme aussi.

   Impossible de contempler son profil sans l’imaginer impatiente de détaler. Impressionnent aussi son histoire, son pedigree, son bagage.

   Apparue en 1983, la Micra a massivement plu et convaincu autour du Globe. Nissan en a produit 7 millions d’exemplaires. La moitié ont pris la route en Europe dont 300 000 en France.

   La cuvée 2e génération avait fait sensation en décrochant le titre « Voiture de l’année 1993 ». Les jurés lui avaient alloué 34 points de plus qu’à la Fiat Cinquecento. En troisième position, la Renault Safrane avouait un déficit de 94 points.  Dans les tablettes, la Nissan Micra ne cesse de clignoter à une fréquence spécifique : elle demeure la première automobile asiatique sacrée « Voiture de l’année » en Europe.


Nissan-Micra-poigneesDiscrètes revenantes, les poignées des portes arrière dans l’entourage des vitres ont fait leur apparition au siècle dernier sur une Nissan.


La soif éradiquée

   La citadine commercialisée dans le milieu de ce mois de septembre ne pavoise pas qu’à la périphérie. Renault qui la produit à Flins, dans l’Ouest parisien, aux côtés de la Clio et de la Zoé, l’équipe (presque) comme une grande.

   En finition de base (Visia), la Micra 1.0L70 dispose déjà d’un arsenal qui facilite la vie : freinage d’urgence contrôle de pression des pneus, aide au démarrage en côte, allumage intelligent des phares, vitres avant et rétroviseurs électriques (avec répétiteurs de clignotants), limiteur de vitesse, température extérieurs affichée.

   Cinq occupants en route d’une traite pour un coin perdu, ne devraient pas craindre la soif. « Spécialement pensée », la boîte à gants accueille une bouteille de 2 litres « sans forcer sur le couvercle ». Une bouteille de 1,5 litre tient dans le bac de chaque portière avant. S’y ajoutent trois porte-gobelet, deux à l’avant, un à l’arrière.


Nissan-Micra-1.0-coffreSeuil élevé mais géométrie sans recoins, le coffre fait partie des plus grands dans une automobile de 4 m.


100 possibilités de personnalisation

   Les intéressés se jetteront quand même sur la finition 2 (Visia Pack). Elle intègre les indispensables : clim’ (manuelle) et téléphonie Bluetooth. Plus haut en gamme ou en piochant dans les options et packs, s’obtient le reste : système audio Bose 6 haut parleurs (dont 2 dans l’appuie-tête conducteur), caméras avant et arrière, sièges avant chauffants, connexion Smartphone/Apple CarPlay, ouverture et démarrage sans clé, « plus de 100 possibilités de personnalisation ». Et navigation évidemment, avec écran couleur 7’’ central, plus un deuxième 5’’ entre compte–tours et compteur de vitesse.

   Vient le moment de s’installer aux commandes, passer la première, partir pour un tour. Place aux jambes, espace aux coudes, tout va bien. Etat d’âme dominant : on ne va pas s’amuser. Qu’y a-t-il à espérer de 71 ch dans une automobile de 4 m et 1 tonne passée ? Urgences dans l’immédiat : refouler la commisération, s’armer d’indulgence.
 
  Ces projections grises, la Micra 1.0L70 les balaie.


Nissan-Micra-1.0-levierAccessible, précis et inscrit dans une grille resserrée, le levier de vitesses se prête à un usage sans modération.


La fête en rase campagne

   Le moteur nain dégaine un lot de surprises, toutes bonnes. Sitôt démarré, il chuchote. Le 3-cylindres d’une citadine guère plus audible que le V6 d’une familiale cossue : Nissan dynamite les préjugés.

  Les montées en régime étonnent autrement. Sonores mais euphoniques, loin de déplaire, elles expriment un vrai tempérament. L’aisance à prendre des tours (jusqu’à 6 000) incite à une conduite dynamique, avec intensif usage de la boîte. La fête en rase campagne. Pour une dose de zénitude dans l’enfer urbain, la citadine s’accommodera sous peu, à la demande, d’une transmission automatique.

   La mobilité à coût maîtrisé n’interdit pas la joie. La plus abordable des Micra le démontre surabondamment, à cette condition tout de même : ne pas s’attarder sur la fiche technique. A la ligne « performances », le temps au 0-100 (16’’4) peine à donner le vertige.

   Prix à partir de 13 590 €, garantie incluse 3 ans/100 000 km.

Dominique Faivre-Duboz
Photos estautomag


Identité

Nissan Micra 10L71 : citadine 5 portes 5 places, 4 m, 1045 kg, coffre 300/1004 dm3, Ø de braquage 10 m, réservoir 41 litres.
Moteur essence 3 cylindres 1.0, 71 ch à 6300 t/m, 95 Nm à 3500 t/m. Boîte manuelle 5 rapports.
Performances 158 km/h, 16’’4 au 0-100.
Consommation mixte homologuée 4,6 litres au cent. CO2 103 g/km.
Prix 13 590-15 790 €.

 

Série spéciale « Made in France »

Nissan-Micra-trioTrio de Mazda « Made in France » à la parade dans les couleurs du drapeau national.

 

Assemblée par Renault, à Flins, la Micra 5e génération le fait savoir. Une série spéciale de 500 exemplaires se distinguera par le badge « Made in France » à découvrir au pied des montants de pare-brise.

   Sous le capot de la Micra Made in France, 3 moteurs au choix : essence 71 et 90 ch, diesel 90 ch. L’équipement à hauteur de la finition 3 (Acenta) n’empêchera pas les concessionnaires d’afficher la voiture au prix de base (Visia). Incluse, la peinture métallisée ou spéciale (bleue, blanche ou rouge).

   Précédemment produite à Sunderland, près de Newcastle au Nord-Est de l’Angleterre, la Micra a déserté son berceau pour faire de la place sur les chaînes de l’usine aux Nissan Juke, Leaf, X-Trail, Qashqai (1 exemplaire toutes les 62’’) ainsi qu’aux Infiniti Q30 et QX30.
 
 Site industriel de première grandeur et réputé pour la constante modernité de ses « process », Sunderland construit plus de 500 000 véhicules/an.