HOME CONSTRUCTEURS ESSAIS Volvo XC60 : copie conforme
Volvo XC60 : copie conforme Imprimer Envoyer
CONSTRUCTEURS - ESSAIS
Vendredi, 18 Août 2017 13:58

Dévoilé à Genève en mars, le petit frère du XC90 prend la route en septembre. L'esprit de famille sans concession s'impose au premier coup d’œil. C'est encore mieux à bord, diesel et boîte automatique d'abord. En attendant le XC40.

 

Volvo-XC60-AVVolvo XC60 : le petit frère du XC90 ne peut pas renier sa filiation.

 

Depuis quelques années, on n'avait jamais vu Volvo à pareille fête. Oh certes, le constructeur suédois avait connu de belles heures, affirmant sa différence à chaque nouveauté, soucieux en permanence d'apporter une pièce inédite sur l'échiquier de la sécurité. Puis vinrent les années de vaches maigres et, conséquence malheureuse, la tutelle de Ford. Affaibli à son tour, l'Américain a trouvé en Geely, un Chinois bon teint, le repreneur qu'il fallait. Dispositif suédois renforcé et investissement concomitant en Chine, il n'en fallait pas plus pour redonner confiance à Volvo qui a résolument choisi son camp : le premium dont la série 90 s'impose à l'évidence. XC60 et XC90, l'un et l'autre sont bâtis sur la même plate-forme technologique. Bref, on joue dans la même équipe de ligue 1, copie conforme agréable, seuls les gabarits étant de nature différente. La silhouette, derrière la calandre ovalisée et les phares frappés du marteau de Thor, ne laisse aucun doute sur la filiation. Et pour qui a déjà tenu le volant du XC90, la prise en main du petit frère se fait sans peine. A moins d'avoir pratiqué longuement, il faut cependant prendre le temps d'affiner les réglages des équipements de bord, nombreux, qui passent presque tous par l'écran central. C'est un peu fastidieux mais ensuite, on joue sur du velours.


Volvo-XC60-ARLa garde au sol de 21,6 centimètres autorise de beaux parcours en pleine nature.


Transmission intégrale en série

Bien posé au fond d'un fauteuil confortable, les petites misères des réglages évacuées, on a d'emblée la certitude que la route sera agréable. Pari tenu. On en vient même à bénir certains embouteillages estivaux pour mieux apprécier, et le plus longuement possible, la quiétude d'un habitacle bien pensé. L'air conditionné et la boîte automatique font le reste. Et lorsque l'éclaircie dégage l'horizon, c'est un zeste d'automatisme qui vient prendre le relais des plus paresseux. Volvo s'étant mis en tête d'éradiquer la chronique quotidienne de l'accidentologie routière, le constructeur multiplie les systèmes automatisés actifs. Comme sur la série 90, le XC60, pour peu que les conditions s'y prêtent, vous interdit d'aller tutoyer le décor qui ne serait pas composé d'asphalte... A tel point que le temps d'essai étant compté, je n'ai pas eu le loisir d'aller effacer sous mes roues quelques arpents de terre et de roches, défi que le XC60, SUV bon teint, doit être en mesure de relever dans sa configuration AWD, la seule disponible au lancement. Sa garde au sol de 21,6 centimètres autorise de beaux parcours en pleine nature. Volvo ne laisse en effet rien au hasard dans sa volonté d'élargir le cercle de ses initiés.

 

Volvo-XC60-TabLes réglages des nombreux équipements de bord passent presque tous par l'écran central.

 

Sécurité de plus en plus active

Dans ce bel habitacle spacieux, les kilomètres défilent ainsi sans heurt.  Certes, on se passerait volontiers de quelques reflets de la planche de bord dans le pare-brise ce qui peut gêner la vision tête haute (HUD). On hésite aussi sur le mode de conduite (sport, confort, etc.) réglable tout en lorgnant sur des aérateurs centraux et verticaux, déjà vus ailleurs, et qui manquent un peu de grâce. On sursautera aussi face aux décisions certes efficaces mais surprenantes d'une sécurité active de plus en plus présente chez Volvo. Nanti d'un coffre généreux (505 à 14 32 dm3), le XC60 s'impose rapidement en compagnon de route attachant. Le D5 nanti de 235 chevaux séduit par l'aisance dont il fait preuve sous le contrôle de la boîte automatique à 8 rapports mais on peut se contenter sans peine d'un D4 et ses 190 chevaux, tout aussi agréable à mener, financièrement plus rationnel, ce qui permet de rajouter quelques options.

Bernard Méaux
Photos estautomag.com

 

Le XC60 D4 en bref



Moteur :  1 969 cm3

Puissance : 140 kW (190 ch)

Performances : 0 à 100 en 5,6 s


Dimensions : L: 4,68 m; l: 1,90; H: 1,65
Masse : 1 836 kg

Vitesse maxi : 205 km/h


Consommation moyenne : 5,2 l/100


Émissions de CO2 : 136 g/km


Malus écolo : 0 €


Prix : à partir de 49 100 € (46 900 € en boîte manuelle)


J'aime plus

  • Le marteau de Thor
  • Le volume
  • Le comportement routier
  • Le potentiel hors bitume

J'aime moins

  • L'écran tout-puissant
  • Le contrôle de direction
  • Les prix
  • Les reflets sur le pare-brise


Entente cordiale

Volvo n'en finit pas d'aller bien, et c'est tant mieux. En 2017, le constructeur suédois qui continue à compter en couronnes malgré sa filiation chinoise annonçait il y a peu un résultat d'exploitation au premier semestre de 6,9 milliards de couronnes (SEK), traduisez 585,4 millions d'euros pour un chiffre d'affaires d'un peu plus de 10 milliards d'euros. Soit une marge opérationnelle de 6,8%, un niveau que Opel, sous la nouvelle bannière de PSA, n'envisage même pas à l'horizon 2026. Volvo peut ainsi miser sur de nouveaux records cette année, la barre des 322 000 ventes de janvier à fin juillet ayant été presque atteinte contre 298 000 l'an dernier. Non compris le nouveau XC60 dont on sait qu'il est numéro 1 mondial de Volvo. La France est au diapason, toujours sur une progression supérieure à 10% ce qui lui avait permis de friser les 15 600 ventes l'an dernier dont plus d'un tiers de XC60.

Ces beaux résultats encouragent les grandes manœuvres entre Volvo et son mentor chinois, Geely. Deux nouvelles entités ont été ainsi créées avec en ligne de mire, entre autres, les véhicules électriques. Les accords de Ningbo ne laissent jamais la Suède hors du champs d'intervention, Geely ayant pris soin de laisser en place les forces vives de Volvo. Il peut en mesurer aujourd'hui les bienfaits sous le signe d'une entente rigoureuse mais apparemment cordiale. On devrait ainsi bientôt parler de GV Automobile technology et de Lynk & Co, les deux petites dernières d'une union qui, en plus, nous promet une voiture qui ne tuera plus.


 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

AddThis Social Bookmark Button