HOME CONSTRUCTEURS PLANETE CONSTRUCTEURS Mondial de l’Automobile : les bouchées doubles
Mondial de l’Automobile : les bouchées doubles Imprimer Envoyer
CONSTRUCTEURS - PLANETE CONSTRUCTEURS
Mercredi, 26 Septembre 2018 17:28

L’éblouissant garage monumental qui attend le public, Porte de Versailles, dans la première quinzaine d’octobre les années paires, usurpe cette fois son appellation.  Comment s’affirmer « mondial » quand quatorze constructeurs ont fait faux bond ?


Mondial-2018-Photo-1Le Mondial de l’Automobile : ambiance. (Archive 2016)

 

Au lieu de baisser les bras à l’annonce des désistements successifs, les organisateurs ont mis les bouchées doubles. Multiplication des centres d’intérêt, horizon élargi de la « locomotion » de papa à la « mobilité » chère aux start-up, ticket d’entrée inchangé à 16 €, mais 9 € pour les 11-17 ans.

   « Le Mondial n’est plus seulement un salon de l’automobile, plaide Jean-Claude Girot commissaire général de l’exposition. De nombreux événements y sont intégrés, permettant aux visiteurs de vivre une autre expérience ».
mondial-2018-Photo-2Jean-Claude Girot, commissaire général du Mondial de l’Automobile 2018 : « C’est incompréhensible » à propos des constructeurs absents


Harley Davidson et Peugeot Motorcyles
 
   En arpentant le Parc des Expositions du 4 au 14 octobre, le public passera des voitures à l’univers de la moto. Occuperont le Pavillon 3, les stands Harley Davidson, Yamaha, Honda, Suzuki, Kawasaki bien sûr, mais également Triumph, KTM, Kymco, Peugeot Motorcycles, Rieju.

   Des motards engagés en championnats s’affronteront dans des sprints et se prêteront à dédicaces et selfies. Sur la piste d’Altitude Prévention, les CRS proposeront des initiations ainsi que des compétitions au guidon de « pocket bikes ». Mini motos électriques.

   Non loin de ce Mondial de la Moto, le Mondial de l’Automobile hébergera pour la première fois le Mondial.Tech réservé aux professionnels (Pavillon 7-3). Nouveau également, le Mondial de la Mobilité (Pavillon 2-2). Là s’exerceront à la mobilité, adultes et enfants sur une piste d’essai.

   Les plus motivés ne résisteront pas à un détour par la place de la Concorde. Installé là du 4 au 14 octobre, un centre d’essais grandeur nature permettra d’expérimenter les automobiles de la transition énergétique : électriques, hybrides, à hydrogène, au GNV (gaz naturel pour véhicules).


Mondial-2018-Photo-3Le plan du Mondial 2018.


Défaillants : trois poids lourds et un nain

   La traditionnelle exposition historique s’intitule cette année « Les routes mythiques ». Peupleront le Pavillon 5.1, une cinquantaine d’automobiles et une vingtaine de motos mises en situation sur arrière-plans de bandes dessinées. Un stand à part rassemblera sur 225 m2 les plus expressives automobiles et motos des 40 dernières années : une sélection des machines à 4 roues et 2 roues que le photographe Dingo a captées dans son viseur depuis 1978.

   Dans ce 120e Salon organisé à Paris depuis 1896, l’automobile mondiale ne s’exposera pas au complet. Manqueront des poids lourds, un allemand, un américain, un japonais, une dizaine de poids moyens et un nain. Par ordre alphabétique : Abarth, Alfa Romeo, Fiat, Ford, Infinity, Jeep, Lamborghini, Mazda, Mitsubishi, Nissan, Opel, Subaru, Volkswagen, Volvo.

      Meurtri par tant de renonciations, à vrai dire furieux, Jean-Claude Girot insiste sur la présence, pour la première fois, de trois constructeurs, tous asiatiques. Le chinois GAC, une marque vietnamienne et Aspark qui assemble au Japon des voitures électriques haut de gamme.


Mondial-2018-Photo-4Attendu sur le stand Peugeot (à gauche), le coupé tri corps e-Legend : 100% électrique, 340 kW (462 ch), partiellement autonome, 600 km d’autonomie, recharge de 500 km en 25 minutes, 4’’ au 0-100 km/h. L’automobile rend hommage au Coupé 504 de 1969 (à droite), dessiné et assemblé à Turin par Pininfarina. Cocktail nostalgie-modernité façon Coccinelle/New Beetle chez Volkswagen et Cinquecento/500 chez Fiat.


La promesse de Ferrari

   Dans le Mondial 2018, l’automobile ne lâchera rien de sa souveraineté. Vitrine de choc, comme d’habitude : le Pavillon 1 où se côtoieront les stands Alpine, Citroën, Dacia, DS, Ferrari, Hyundai, Kia, Peugeot, Renault (qui fête aussi ses 120 ans) et Suzuki.

   Nouveau venu, Suzuki qui exposait jusqu’ici dans les combles doit tout au forfait de Ford. Ferrari n’a rien trouvé de mieux pour électriser le public qu’une promesse : il lâchera « au cours du Mondial de l’Automobile » le prix des futures Ferrari Monza SP1 (monoplace) et SP2 (biplace). Des séries spéciales qui ne dépasseront pas 500 unités chacune. De vrais missiles aussi, catapultés par le plus puissant moteur produit à Maranello. Un V12 810 ch pourvoyeur de démarrages incendiaires : 0-200 km/h en 7,9’’.


Mondial-2018-Photo-5Magdalena Sobolewska-Bereza devant son Toyota CH-R Hybrid, zéro kilomètre au compteur. C’est les 2 millionièmes véhicules hybrides immatriculés par Toyota en Europe.


L’exploit de Magdalena : passer à la pompe sans payer

   Ex-place forte du groupe Volkswagen, le Pavillon 4 accueillera Audi, Honda, Lexus, Porsche, Škoda, Seat, Toyota. L’inventeur de la motorisation essence- électricité (Prius 1997) ne manquera pas de se féliciter d’avoir immatriculé 2 millions de véhicules hybrides en Europe. Cap franchi le 18 septembre 2018 en Pologne.

   Le 2 millionième exemplaire a pris la route aux mains de Magdalena Sobolewska-Bereza, directrice du département biologie de l’Université de Varsovie. Il s’agit d’un Toyota CH-R Hybrid qu’elle avait commandé à carrosserie biton. Cadeau de Toyota : pendant un an, elle passera à la pompe sans payer.

   Autre Pavillon à ne pas rater, le 5.2. N’Y stationneront que des automobiles sur lesquelles il coûte de ne pas se retourner. BMW (sauf Mini), Jaguar Land Rover, Mercedes-Benz, Tesla. Stuttgart alignera 9 nouveautés frappées de l’étoile, plus une Smart « anniversaire », célébration des 20 ans de la micro citadine ForTwo.


Démarrages à la manivelle, dimanche à 13 h

   Ecourté de 5 jours par rapport aux précédentes éditions, l’imminent Mondial de l’Automobile s’accordera un préambule. « Teaser » en franglais.
   Quatre jours avant l’accueil du public Porte de Versailles, soit dimanche 30 septembre, des véhicules de toutes époques paraderont statiquement, en matinée, place de la Concorde. Disposition par thèmes, ordre chronologique respecté.

   Mises en route à 13 h, au démarreur ou à la manivelle, elles entameront une parade reliant les hauts lieux de la capitale : Place des Invalides, Quai Branly, Pont d’Iéna, Champs-Elysées.

   L’inventaire des stands « constructeurs » montre abondamment que le Salon de Paris bien plus que centenaire n’a plus toutes ses dents. Et alors ? Il n’a pas lésiné pour célébrer ses 120 ans dans le faste.

 

Dominique Faivre-Duboz

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

AddThis Social Bookmark Button